Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2013

l'oeil & la plume : lors du pillage d'une caravane

pillage2.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                  ill. linda zacks+jlmi  2012
 

Lors du pillage

D’une caravane d’Ethiopie

On a trouvé

Deux malles en fer

Pour le bateau de Marseille

Qui part de Djibouti

 

Dedans il n’y avait

Que des carnets griffonnés

Et des bouts de papier

Beaucoup

Dont l’encre semblait pâle

 

On s’en servit

Parce qu’ici le bois est rare

Pour allumer le feu

Du bivouac

C’était mieux que la crotte

De chamelle

 

Quelqu’un a reconnu écrite

En français

Et en arabe l’en-tête

De lettre

Du marchand d’armes A. R.


03/05/2013

l'oeil & la plume : insomnie

Alfred Kubin The Hour of Death 1901-1902.jpg
texte de  jlmi                   ill. "the Hour of Death"  Alfred Kubin 1901-1902
 

Avant de plonger

dans les corridors étroits de l’avenir

la chambre se tait.

Dehors

l’éclat moisi d’un réverbère enlace la nuit

dans l’indifférence sceptique des murs.

De longues ombres à l’odeur violette

traînent sur le trottoir

suivant la pluie,

interminablement,

sans raison apparente pour personne.

D’ailleurs, personne n’est plus là pour personne ;

la vie est le tombeau du rêve.

Cauchemar de détails dans le cauchemar plus vaste

de ce quotidien où plus rien ne fait sens

hors les formules complaisantes, minables, pitoyables

qui se métastasent à grande vitesse

dans les viscères chatoyantes des horloges.

Et toi qui te crois bien à l’abri derrière ton cœur insoumis

tu colles les morceaux c’est tout

rien que ce que l’émotion vole à la mémoire.

Une fois encore au bord du matin

la nuit au sourire corrodé s’est fatiguée la première.

Sous les arbres, la statue de marbre te sourit

‘’avant que la mort te mortaise à la terre’’.

Une idée affreuse, hein ?

 

En général ce sont les meilleurs.


30/04/2013

l'oeil & la plume : plaisir

Brassai.jpg
texte de né-khô                                                                                                                          photo Brassaï 1933
 

 

 

Dans un moment de pure extase

Elle a dit oui

Elle lui a cédé

Tant de luttes, de frustrations

Balayées d’un coup !

Pleine de tendresse

Elle le sent, le caresse

De ses lèvres, de sa langue,

Elle le parcourt.

Il est chaud, onctueux, presque sucré. 

Alanguie de bonheur

Elle en ferme les yeux pour mieux le savourer.

Elle ne pouvait imaginer instants plus jouissifs 

Pour quelles fausses raisons, quels mauvais prétextes 

A-t-elle écouté pendant si longtemps l’interdit ?

Les bonnes résolutions

Les conseils avisés des amies ( ?)

Bye bye

C’est si bon de se damner

Pour un petit carré  

 

de chocolat !