Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2013

l'oeil & la plume : nous n'avons pas fêté ton anniversaire

130918 mulm02.jpg
texte de murièle modély                                                                                                     photomontage  jlmi  2013
 
 

nous n'avons pas fêté ton anniversaire
j'avais pourtant mis du champagne au frais
nous avons mangé petit, nous avons parlé léger
nous avons ri un peu, moi d'un côté, toi de l'autre
chacun devant la table, à couper dans l'assiette
la soirée tranquille en tranches
sans autre fioritures
pas de caresses
pas d'embrassades
le quotidien lové dans nos chaussures
et pourtant demain quand tu te lèveras
tu penseras : "tiens,
hier j'ai passé un cap,
et elle est toujours
là"

*

ce que j'aime, vois tu,
c'est cet affaissement
mon sein, ton ventre
nos chairs qui ramollissent
qui se mêlent au lit
comme cire fondue

*

je nous vois
sacs d'os lourds
côte à côte maillant
les boucles du passé
(faut bien tuer le temps)
je nous vois
sourds et vieux
taillant le bout de gras
sur nos gencives nues

*

nous n'avons pas fêté
nous ne sommes pas hier
demain n'a pas de sens
le temps file à travers
nous sommes toujours



30/09/2013

l’œil & la plume : Tanger' in dream

130930 Tanger carré.jpg
texte de Lo                                                                                             photomontage sur une toile de Lo  jlmi  2013
 

 

Puzzle de l’histoire

d’un monde d’élites cosmopolites.

Port –stones

d’un monde hors temps.

Temps de fric…

Nomen’s land d’artistes !

D’un monde d’élites

de tout temps…

sans argent !

De Cocteau à Jagger !

De Kerouac à Burroughs !

De Ginsberg à Lennon, mais aussi Degas, Bacon, Gaudi, Matisse, Tolstoï,

 Hendrix le Jimmy, Dumas le grand dit Alexandre et Genêt le petit

Et j’en oublie : de Staël et compagnie …

de la beat à l’after bite

Et bien avant eux…

des palais à la ruine …

Me Buckingham , aujourd’hui désargentée

m’a offert le thé !

De Cervantès, sans sens  « haut » pensa

le drame des plus beaux…

Suicide du génie

en piscine perdu

Brian Jones n’est plus !

Théâtre de l’improbable

Surprises du petit Socco ou du café Baba

Reliques pour touristes ou chemins de Delacroix ?

Tanger envoûteur

                                 tu fus, pour moi salvateur.   

 

26/09/2013

l’œil & la plume : aujourd’hui c’est dimanche chant 3

130915 aujourd hui c est dimanche03bis3bis.jpg
texte de isabelle le gouic                                                                                                        photocollage  jlmi  2013
 

Alors, pour la bonne cause,

je cause, je cause.

Why not ? Because,

to be or not to cause.

I have seen too much of my spleen.

I have been pas tout rose.

Alors, quand I feel pas très well,

quand mes cellules explosent,

je me défile à l’anglaise,

sur mon papelard de cellulose.

 

Mon papier est water plouf,

mon Waterman y jette l’encre.

Quand je suis down, quand j’ai pas pied,

quand je déchante,

my words are singing in the brain,

my brain is swimming dans mes veines.

Je suis championne of the world

de narration synchronisée.

 

Quand I feel pas très well,

quand je n’ai plus de hauts, quand je n’ai que des bas,

des bas qui filent, qui défilent,

je me défile always.

I do profile bas in my prose,

quand mes cellules osent faire les malignes.

 

Mes cellules qui explosent me collent à la peau,

pas celles qui sont grises in my brain,

mais celles qui se grisent au plaisir de se grimer :

What a sad game !

My skin se raconte dans mes carnets de Moleskine,

sur mon papelard de cellulose.

 

Mes cellules me collent à la peau,

comme des collants Well, quand I feel pas très well.

Mais aujourd’hui, j’ai des collants Dim (Pam Pam pam pam   pam pam…)

Aujourd’hui, c’est Dim Dim Dim Dim dimanche,

alors, je divague sur des vagues de rimes.

J’ai traversé la Manche, ma manche retroussée

jusqu’aux bras de Morphée qui me donne la dose,

j’ai filé à l’anglaise,

mais là, j’ai dimanche à traverser.

 

fin