Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2013

l'oeil & la plume : opsimath fragment III

mur peste 2contrastrecadrépostcontrast.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                   collage  jlmi  2013
 

 

Seuls

Derrière les murs de la ville

 

Que la peste menace

Et les barbares dont parlent

Nos pères

 

Ceux qui viennent du vaste

Invisible ont assis

A nos côtés

 

Comme la rosée trop courte

Ou son parfum

Discret

 

Entre le bègue des secondes

 

Et ceux que le visible revêt

De ses beautés 

Ont leur destin parmi nous

 

Ils sont venus

Dans l’obscur des étreintes

Et des peines

 

Pour replonger dans l’ombre

 

26/12/2013

l'oeil & la plume : confession d’un manuscrit

manuscrits1b&wcontrast.jpg
texte de josé dolores quiñones                                                                                                     collage jlmi  2013
 

 


 

Un ROMAN sans importance,

Après un voyage de 47 jours rentre chez son maître

Tout disposé à s’exprimer intimement avec son auteur…

 

Alors Patron je suis de retour,

A nouveau entre vos mains.

 

Je soupire de joie,

Car j’avais beaucoup languis de votre présence,

Vous me manquez énormément.

 

Je vais vous raconter l’expérience

Que je viens de vivre.

 

Installé dans les armoires d’une des notables

Editoriales Parisiennes là où j’avais fait la

Connaissance de quelques collègues

Qui comme moi vont tenter leur chance,

De pouvoir être édités

Pour être lus par le public.

 

Le camarade le plus proche

me raconte qu’il venait de l’autre extrémité de la France

et que depuis quelques semaines il demeure

sans que personne s’occupe de lui,

comme s’il n’existait pas.

Quelle pagaille mon ami.

 

Led jour de mon arrivée des inconnus m’appelaient

Apr mon nom comme s’ils me connaissaient

De longue date, ils tutoient tout le monde.

 

Quand je suis rentré dans ce bâtiment,

Je remplis les formalités qui s’imposent à tous.

 

Ils m’ont collé une fiche d’identification

 Et m’ont placé dans un énorme tiroir avec les autres candidats.

 

Une drôle d’ambiance,

Une atmosphère un peu troublante.

 

La nuit, ils m’ont amené au salon de lecture,

J’avais froid, la pluie tombe abondamment

Et par malchance,

La dame qui devait s’occuper de moi était d’une mauvaise humeur et comme par hasard,

Je devais payer le prix de sa frustration.

 

Son regard malicieux se pose sur moi

Avec une telle indifférence et elle commençe à me feuilleter avec mépris - Rien à faire –

 

Ma chance était décidée auparavant

Car cette vieille dame, conseillère du directeur

Celui qui dit le dernier mot,

Au sujet des nouveaux candidats.

 

J’avais compris que j’étais déjà éliminé,

Je suis battu avant même d’entrer en combat, impuissant

Mais résigné à mon destin comme vous-même.

 

Maintenant reste

Qu’ils vous écrivent pour vous annoncer

Qu’ils ne me gardent pas.

 

Quelques raisons peuvent être utiles pour justifier

Ce refus bien sûr.

Sans  finir de me lire,

Elle me place dans une grande corbeille et

Deux jeunes gens m’emmènent dans un couloir

Où attendent ceux qui comme moi sont rejetés.

 

Si vous ne répondez pas,

Ils me jetteront au feu.

Je devrai mourir avant de naître.

 

Merci d’avoir réglé leurs frais de mon retour,

Et plutôt merci à DIEU qui vous a inspiré de me réclamer en son temps.

 

25/12/2013

l'oeil & la plume : psychorama holographique VI

nuageshublot3contrstrecadré.jpg
texte & collage de jlmi
 

 


 

La vie, d’un improbable possible à un impossible probable

Le chant des vivants sur la partition du silence

L’impression soudaine d’exister

Réponse : L’abandon d’un fardeau

Question : Le passé comme terre étrangère

L’étrange éclat des larmes de verre

Le miroir trompeur de la surface de l’eau

Les ronds dans l’eau de la mémoire

Le souvenir d’un souvenir

La fadeur d’une blême inconsistance

L’effacement des pas dans la neige

L’immensité des  vides du temps

La porte à la racine du monde

La lumière dans les champs de nulle fleur

L’implosion des ténèbres en une gerbe d’images

Le grand murmure tranquille de la nature

L’ombre du pommier vivante au moindre souffle d’air

La lumière délavée d’une lune calcaire

Le jour d’après le jour après jour

Le hors nid / horny hors norme

L’homme au front tatoué d’étoiles avec des larmes de musique plein les yeux

Réponse : Quel est le sexe d’une carotte

Question : Quel est le sexe de l’Être humain

L’objet inconnu apporté par le vent

La tête fluide comme fixée sur moins que rien

L’illusion du visible

L’expérience de la lumière

Réponse : Le désir de mettre des fleurs mortes dans un vase empli d’eau

Question : La voie du noir au blanc

L’élégance du renoncement à la couleur

 

Réponse : geyser & goutte-à-goutte

Question :  changer les choses

 

L’impérieuse nécessité d’un hublot dans les nuages

Le bruit d’une chute de feuilles mortes dans le vide