Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2015

vient de paraître

3178183060.jpg

30 essais de décollage du réel

1993-2013

 

Il y avait au fond de ma valise, un vieux brouillon, une veste d’homme, une bouteille, quelques fantômes et leurs bleus désirs de méharées. C’est de bon cœur que je m’apprêtais à les suivre, hélas, monsieur, en guise de départ, j’entendis pleurer les bombes et je vis l’automne passer sous les rails. Oui Monsieur ! J’ai donc ôté mes souliers et j’ai même ôté mes pieds avant de me glisser, sans rien de plus à dire, sous cet atome de soupir où vous m’avez trouvée.

 

 

  

40 pages au format 14 x 21

orné de 12 pleines pages couleur avec des illustrations de l’auteur

imprimé sur papier bouffant munken 90 g

ISBN : 978-2-35082-273-0

 

9 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

 

Commande à :

Gros Textes

Fontfourane

05380 Châteauroux-les-Alpes

(Chèques à l’ordre de Gros Textes)

 

 

04:13 Publié dans parutions | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2014

clap de fin !

The-End.jpg

Merci à celles & ceux qui ont soutenu ce blog par leurs apports & leurs commentaires.

A bientôt, sans doute, sur d'autres territoires...

 

 

30/06/2014

l'oeil & la plume : l'Île

île réunion.jpg
texte de murièle modély                                                                                                              collage  jlmi  2014
 

 

 

Tu as beau peindre ta bouche, tes yeux, tes lèvres
un jour, ça ne tient plus

sous les piétinements, le vacarme dans la rue
tu entends

le mouvement des plaques et les fissures
les raz-de-marée, les déchirures

dans le miroir de poche que tu sors de ton sac
tu vois sous ton cou brun

la terre gronder, la peau se fendre
le bourrelet de chair poindre entre tes deux seins

cela fait des années que tu retiens au fond
les morts, les vivants


Et là          
au milieu de la rue
fardée et maquillée
petite outre trop pleine
tu regardes

dans l’éclatement du derme
l’île


/


Tu as
quarante ans
un mari
deux enfants

une gentille famille
sur la ride profonde
qui enfonce sa fourche
dans ta poitrine nue

celle de ta mère
celle de ta grand-mère
penchées sur ton épaule
tu ne sais pas pourquoi
tu remplis leur assiette de riz
ton mari, tes enfants
baignent dans l’odeur d’ail

ils débordent ta peau
tu ne sais pas pourquoi
tu dessines des îles
du doigt
dans un verre d’eau

 ta mère, ta grand-mère
sur la pointe des flots


/


Dans le reflet
les auréoles
les ridules
les fentes
transpercent
te percent
à jour
à vif
à temps

tu te grattes jusqu’au sang
l’océan te démange
ta peau est un volcan
tu crépites, vomis
tes morts, tes vivants


/


A l’horizon
les enfants flottent
leur ballet de méduses
leurs cheveux emmêlés
sur l’os de l’asphalte

Dans le miroir le cœur
les premières secousses
ton enfance qui meurt
sur le dos de ta main

Sur ta peau
hier
demain
presque rien


(2012)