Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

l'oeil & la plume : à la recherche du temps...

 

Dans l'attente de vos commentaires

 

2009avez-vous l heure.jpg

11/06/2013

l'oeil & la plume : il viendra

evgeniy shaman stranded with silence 2009.jpg
texte de cathy garcia                                                                           photo evgeni shaman ''stranded with silence'' 2009
 


Il y a une femme seule au fond d'un bar

Autrefois, elle était belle, les regards

S’attardaient sur elle, maintenant

La pluie bat les carreaux

 

La femme est triste

Elle noie des larmes

Dans un alcool blanc

Et contemple sans la voir

La glace qui fond

Dans son verre

 

Elle attend un inconnu vêtu de noir

Il finira bien par venir

Il la reconnaîtra c’est sûr

Il lui offrira son bras et ils iront

Se promener le long des quais

Sous le givre des réverbères

Sur les pavés scintillants

 

Ils iront tout deux, oui

Jusqu’au cœur de la nuit

Veufs et heureux.

 

cg 1999

in Théâtre d'ombres

08/06/2013

l'oeil & la plume : dans son coin...

voici les textes issus de la vision de cette image depuis le 31 mai

Zacks Linda Depression1 (2).jpg

© Linda Zacks

 

Seul, seul dans le bleu ambulance des nuits abîmées, seul sur le versant négatif de la réalité, seul et abandonné face à la neige des anciennes télés, seul le petit garçon reclus dans un coin de la mémoire, seul et tranquille, tranquille pour rêver, pour dessiner le cosmos sur sa paume, une paume d’Adam, celui qui n’avait pas maman, seulement un Père qui était aux cieux avant de devenir odieux... à moins que ce ne soit l’inverse...

cathy garcia

 

Seul... Il voulait oublier. Ne voulait plus penser. Il ne voulait plus voir. Ne voulait que la nuit. Que la nuit. Que la nuit écouter. Ne plus réfléchir. Ne voulait plus penser. Il ne voulait plus voir. Ne voulait plus voir. Seul. Il voulait oublier. Ne voulait que la nuit. Noire. Noire. Ne plus penser. Ne plus réfléchir.
Seul. Seul. Ouvrit les yeux. Juste un instant. Juste assez pour que le bleu de la réalité lui saute au visage. Bleu, bleu comme celui du miroir où toute son histoire réfléchissait.

isabelle le gouic

 

J’aime bien les nuits étoilées. C’est très beau... et ça coûte rien. Suffit d’ouvrir les yeux. Alors je suis là, assis à deux pas de la cabane où dorment mes parents et mes six frères et sœurs. On a toujours été là. Faut dire que c’est pratique pour travailler le matin. On est sur place. On perd pas de temps avant que les premiers camions arrivent on a déjà commencé à trier. Après, avec mes copains, on colle aux culs des bennes à la recherche des plus belles trouvailles, peut-être du trésor qui….
Mais là, oui, je suis assis, sur mon tas d’immondices dans une de vos décharges ‘’à ciel ouvert’’ et je regarde les étoiles… et je rêve…

jean-louis millet