Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2013

l'oeil & la plume : inutile

gueule3floueBSquare.jpg
texte de vincent                                                                                                                         collage  jlmi  2013
 

Tous les jours dans le miroir, affronter

        ma gueule cassée, le reflet

de mes échecs,

        celle que j’aimais a eu

raison de me quitter,

        toutes ces années, je n’ai

eu aucun avenir

        DEPUIS TOUTES CES ANNÉES

JE N’AI

        aucun avenir, je n’avais à offrir

que la diaphane promesse de l’aimer encore

        quand les années auraient étranglé

sa sublime beauté, mais lesquelles oseraient

encore

        croire aux promesses ? celles

                qui brisent leurs serments ?

                celles qui mentent ?

                celles que tous on trahis ?

Quoique je sois, loin de moi, Pretty Face me calomnie,

moi je me hais de près pour mes émois

je rêve parfois d’ouvrir ma peau

pour jeter mes entrailles brûlantes aux

chiens errants, m’asseoir et les regarder

                me dévorer, lorsque je lève

mes paupières grises la douleur sourit tandis

qu’en chantonnant doucement, l’existence

plante ses crocs autour de mon cœur, je sais qu’elle ne lâchera

 pas sa proie avant

        le dernier battement,  tant pis si

l’Amour ce soir me paraît inutile

je sais que demain j’ouvrirai les yeux en manque de

        quelque chose au goût de flammes

 

26/10/2013

l'oeil & la plume : l'assèchement du Zuiderzee ( fragment II )

zuiderzeeextrait2b.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                                collage  jlmi  2013
 

Quand la mer était

Partout j’étais

Dedans

 

Quand l’air fut tout

Autour j’étais

Dedans

 

Quand l’herbe

Et les animaux sont

Apparus

 

J’étais dedans aussi

 

Puis l’homme

A pris beaucoup de

Place

 

Avec la tombe dont

Il reste seul à

S’occuper

 

Et l’âme

Qu’il veut pour lui

Tout seul

 

Quand l’univers

A l’autre

Bout des lorgnettes

 

Se vide dans l’éther


24/10/2013

l'oeil & la plume : le p'tit Cardo

large6flou2.jpg
texte de ronelda kamfer  courtesy la biennale des poètes                                                                 collage jlmi  2013
 

Pour Alfonso Cloete & Velencia Farmer

 

Ils ont dit que c’était l’homme blanc que je devais craindre

Mais ici ce sont les miens qui commettent les massacres

Tupac Amaru Shakur

 

Lorsque Cardo est né

personne ne l’attendait

sa mère avait seize ans

son père était l’Animateur de Quartier de l’Année

sa grand-mère était caissière et son grand-père, enfin, le mari de sa grand-mère, buvait pour oublier la douleur

 

Cardo était un beau p’tit gars

à la peau brune et aux yeux clairs

 assez beau pour parler anglais

il aimait jouer dans la rue

aux trois bâtons et à la chandelle

Pour Tantie Gawa dans sa camionnette

Cardo était un petit ange tombé du ciel

 

La veille de son premier jour

à la grande école

les School Boys ont lancé des pétards dans la rue

Cardo est allé voir à la fenêtre

la balle s’est fichée dans sa gorge

sa mère n’a pas pleuré

quant aux politiciens ils ont planté un arbre

que le vent d’est a emporté

et jeté là où gisent

tous les autres rêves du Cap –

 

dans les marécages des Capes Flats