Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2018

l'oeil & la plume... coupé de paraffine

 

applaudissements.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                             collage   jlmi  2014

 

C’est la saison, la belle saison

Des parades politiques publicitaires

Militaires mensongères

Paroles paroles paraboles

Bon lait cathodique

À tous les foyers du monde !

 

Brouillards matinaux laxatifs longue durée

Paranoïa planquée paravents pare-brise

Pare-chocs pare-balles pare-tout

Sauf des parangons de bêtise

 

Chacun sa part

Lèche mon parabellum

Et paix aux paradis fictifs fiscaux

Ô mon beau parachute à dorer !

 

Paroxysme des parodies temps bénis oui-oui

De paramnésie paraphrase paraphasie

Bazar du paraître contre bon cœur paralysé

Acte de soumission à parapher chaque jour

Et avec le sourire s’il vous plait !

 

Riez

Applaudissez

C’est bien 

Continuez !

 

extrait de Pandémonium  II

 

 

28/06/2018

l'oeil & la plume... sommet d'où jeter son pinceau ( fragment )

fragilité.jpg
texte de werner lambersy                                                                                      illustration x

 

 

Je sens en moi

Le vieil arbre solitaire

Au milieu d’un parc abandonné

 

Je n’ai cesse

D’ébranler l’azur endeuillé que

Secouent ma sève

 

Et une fièvre de feuilles prêtes à

Tout quitter pour

Savoir

 

Malgré vents manouches pluies

Souvent menteuses

 

Mais surtout tant de pendus dont

Le foutre en pure perte

Tombe à terre

 

Avec son odeur d’algues d’océan

Et d’écume inutile

 

Tandis que la foudre

Brûle ce que nuit ni soleil

N’ont pu donner sans le reprendre

 

27/06/2018

l'oeil & la plume... fardée d'écueils

linda zacks (2).jpg
texte de bruno toméra                                                                                ill © courtesy linda zacks

 

 

Fardée d’écueils des marées déniaisées

Elle balance névrotique

Ses seins épileptiques

Ses seins sacrilèges en sortilège

Reggae.

Insouciante nymphette blanche,

Tête entrelacée d’acide luminosité,

convulsée

Sur des Uts salés.

Fraîche anoxie,

Alourdie d’air, suffoquée,

L’emplit de vive vie.

Les cheveux s’envolent

Guirlandes lianes

Blondes et folles

Pieds nus sursautés

Staccato rythmé

De gazelle constellation effrayée

Par le chasseur Rasta ravi

Broyant méthodique

Des vibrations

Basses uniques

A coup de bonheur d’autres corps

Qui se déhanchent entre la vie et la

mort

Et nymphette blanche danse et jouit

Et crie

- OUI...Oui... Entre, entre... Entre, la

vie.