Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2014

l'oeil & la plume : pétrir le souvenir

 

baobabsonyzola.jpg
texte de Hédi Bouraoui                                                                                                               collage  jlmi   2014
 

 À la mémoire de Sony Labou Tansi

 

A ta rencontre une complicité de Baobab

Et d’Olivier fuse de nos yeux en furie

Alluvions feutrées de désert de lune et d’étoiles

Teneur fusionnelle qui vide l’angoisse du vivre

 

Timidité aspire modestie face aux rues légendaires

Ce Paris des arrogances jeté par-dessus bord

Le courant fraternel s’instaure sans haute lutte

A l’envers de toute autorité mielleuse

 

Offerte ta carte bleue de Technicien culturel

J’y vois tes drames à Brazza et à Limoges

Et plonge dans tes romans pour purifier mon sang

Idéal recherché que je propage  au Nouveau Monde

 

Aux générations casquées de certitude sans voir

La mocherie qui sévit au Village global

 

L’Afrique invitée par le Salon des prestances

Un Ministre nous sacre Citoyens Francophones

Et nous nous exclamons en chœur :

Quand passerons-nous vos frontières sans visa

Comme une lettre à la poste du simple Chimpanzé ? 

 

Au repas officiel nous te prions de louer

L’accueil royal qui torture les tripes

Le plus beau fleuron de notre continent

Tu te lèves et coupes le souffle

Aux accoutumances :

 

En Afrique je lis Balzac  je lis Flaubert

Je lis Stendhal  je lis Zola  je lis Sartre…

Je rencontre des Hommes

Je suis venu en France

Et je n’ai point rencontré d’hommes

 

Silence de marbre porté en Soleil de plénitude

Dans nos  cœurs en friche

Tu viens de sauver le Jour

Le désespoir de l’Ouragan et des caryatides

 

Tu disparais en plein voyage de langues

Ton souvenir m’accueille de sa pluie de jasmin

Laurier coupé s’impose dans le jardin familial

Et l’opprobre perd son sang de rosiers languides

 

in Livr'Errance  Ed. D'Ici et d'Ailleurs  2005

 

22/03/2014

l'oeil & la plume : épitaphe

encre 02.jpg
texte de gert vlok nel                                                    encre de isabelle le gouic 
 

 

La nuit dernière je rêvais que je revivais en 1975, la dernière année

où j’ai été heureux. Puis j’ai descendu l’escalier & je me suis

versé de l’eau dans la cuisine la maison était si tranquille.

Les meilleures années s’en sont allées. Bon, & puis j’ai rêvé qu’un

jour je vivrais aussi loin que possible de 1998.

 

L’année dernière je rêvais que je revivais dans mes

beaux mots à moi dans le plus beau des villages & que je

commençais à retrouver la santé. Puis je me suis éveillé soudain &

quelque chose n’allait pas j’étais si perdu je n’étais plus dans ma propre maison.

Les mots les plus beaux s’en sont allés. Bon, & puis

j’ai rêvé que j’allais vivre dans une langue aussi loin que possible

de l’Afrikaans.

 

Dans mon adolescence, j’ai eu une fille plus belle que

l’Afrikaans toute la nuit elle pouvait faire danser mon cœur en peine

& elle fut en quelque sorte la dernière danse de Gert. Et puis elle a rêvé

qu’elle allait vivre dans un corps aussi loin que possible du mien.

L’amour  le plus beau s’en est allé. Bon, puis j’ai rêvé que

j’étais allé vivre près de son corps aussi loin que possible du mien.

 

Quelque part j’ai rêvé que j’assistais à mes propres funérailles

& Papa était là & Maman était là & tous mes amours comme dans

mes années les plus heureuses. Mais le meilleur ce fut

que je me suis baissé vers le sol & que j’ai baisé ma propre bouche.

Les rêves les plus beaux s’en sont allés. Bon, puis j’ai rêvé

que j’allais vivre dans un rêve aussi loin que possible

d’ici & maintenant.

 

La nuit dernière j’ai rêvé que je revivais en 1975, la dernière année

où j’ai été heureux. Puis j’ai descendu l’escalier & je me suis versé

de l’eau dans la cuisine la maison était si tranquille.

Les meilleures années s’en sont allées. Bon, & puis j’ai rêvé

que j’allais vivre dans un pays aussi loin que possible de l’Afrique du Sud.

& puis j’ai rêvé que j’allais vivre dans un pays aussi

loin que possible de l’Afrique du Sud.

 

 

 

Traduction Katia Wallisky et Denis Hirson

 

dans Pas de blessure, pas d’histoire, anthologie de la poésie sud-africaine 1996-2013, Maison de la poésie Rhône-Alpes et Biennale internationale des poètes en Val de Marne, 2013

 

 

19/03/2014

l’œil & la plume : the methamorphosis of mr samsa