Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2013

l'oeil & la plume : Bangladesh 1971

plume02Bsquare.jpg
texte de kaiser hacq   courtesy la biennale des poètes                                                                       collage  jlmi  2013
 

 

Je me risque enfin à sortir,
Cligne des yeux, le regard coupable
Et me tâte la gorge
Comme si je portais une cravate

L’Obscurité enfumée fond comme la peur
Sur la pierre et le coeur des hommes.
Comment, et à partir de quoi, va-t-on désormais produire de l’art ?
Les flammes, la mort, puis les cendres consument le feu.

Le sang des condamnés macule notre sommeil,
Comme une question qui suspend la plume au-dessus de la feuille,
Les doigts inhabiles ne trouvent pas la chair qu’ils cherchent,
Mon amour n’est que vapeur et cependant je ne pleure pas.
L’aube s’agite comme une souris; qui donc frappe à la porte ?

Saidpur Cantonment, 1972
Traduit de l’anglais par Olivier Litvine

 

04/11/2013

l'oeil & la plume : le début de la fin

Andy Goldsworthy refuge art-en-chemin 2013.jpg
texte de cathy garcia                                                                         sculpture land art de andy goldsworthy  2012-2013
 


 

-        Où es-tu ?

-        Je suis là.

-        Tu penses à quoi ?

-        Je ne pense à rien.

-        Tu penses à moi ?

-        Je ne pense à rien.

 

Pourquoi penser, creuser en vain ? Je ne sais que le chemin qui file là-bas, loin, loin là-bas. Tu ne le vois pas ? Personne ne le voit… Seulement moi peut-être, seulement moi.

 

-        Tu me regardes ou quoi ?

 

Je ne te réponds pas. Tu insistes. Je résiste. Le regard qui en dit long, qui ne dit rien, vidé, vidé, vide.

 

-        Pourquoi tu m’évites ?

 

Pourquoi je lévite ? Pour éviter ça, la fuite à tout va ! Penser, penser, pourquoi penser, penser encore, pour panser quoi ?

Je cours déjà là bas, sur le chemin qui court comme moi, toujours plus loin, toujours s’éloigner, s’éloigner, ne plus penser, ne plus penser à quoi que ce soit, même pas à soi. Ne plus enchaîner les pensées.

 

-        Tu as faim ?

 

Fin


01/11/2013

l'oeil & la plume : l'assèchement du Zuiderzee ( fragment III )

zuiderzeeextrait3.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                           collage de  jlmi  2013
 

Quand l’os

N’est plus un homme

 

Et qu’il ne faudra pas

Attendre un an

Et un jour

 

Pour

En faire ce qu’on veut

 

Quand la chair

Au fond d’un charnier

De corps

 

N’a gardé que les dents

Et qu’il faudra

Se hâter

 

Pour ne pas oublier son

Visage

 

Comment supporter ce

Qu’il a vu en face

Et emporté 

 

Dans son dernier regard