Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2013

l'oeil & la plume : les femmes sont nées libres

danse paysans.jpg
texte de jean de meung  vers 1300                                                                               ill. anonyme du moyen-âge
 

Les femmes sont nées libres

car Nature n’est pas si sotte

qu’elle fasse naître Marotte

seulement pour son Robichon

et non plus, si bien regardons

Robichon pour la Mariette

ni pour Agnès, ni pour Perrette,

mais nous a fait, mon fils, n’en doute

toutes pour tous et tous pour toutes.


Chacune pour chacun commune

et chacun commun à chacune.


15/12/2013

l'oeil & la plume : pack à con

packs à cons.jpg
texte de Lo                                                                                                                              collage  jlmi  2013
 

 

pack à con2small.jpg

texte mis en forme par l'auteur

14/12/2013

l’œil & la plume : docteur Ferdinand misanthrope

131123 echelle+morts.jpg
texte de fanny sheper                                                                                                                 collage  jlmi 2013
 

 


C’était un homme particulier au regard redoutable

Un monstre en charentaises reclus et raffiné  

Un docteur misanthrope à la main précise

Amoureux des malheureux, des miséreux

Il soignait même les méchants, « car un méchant guérit » disait-il

« Sera toujours un peu moins  méchant qu’un méchant malade »

C’était sa contribution à lui, pour rendre ce monde un peut moins pourrie

Il allégeait  les ignobles d’un peu de leur ignominie

Il consolait avec tendresse  les mourants des hospices et les enviait parfois

Il aimait les chats, les chiens, les vieillards, le travail et la solitude

Sous son crâne grouillait une souffrance stridente 

        un train terrifiant dont il était le seul passager

Ecrivain efflanqué et génial

         il décrivait les charognes d’humains et leurs vulgaires immondices

Les gens lourd et jaloux, Les bubons de la terre, les Infirmes d’imbécillité

 Il écrivait  l’horreur humaine,  la monstruosité de ses congénères

Il avait la finesse d’une chienne de traîneau

Qui pince et niaque pour prévenir de la chute

C’était un homme de finesse et de fureur

Un goujat plein de bonne manière

Un intello furieux plein de tendresse

Un clochard élégant et sauvage

Un homme trop humaniste pour aimer les hommes