Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2014

l'oeil & la plume : complainte des mendiants de la Casbah & de la petite Yasmina tuée par son père ( fragment VIII )

casbah ismail-ait-djaferneg VIII  RED.jpg
texte de ismaël ait djafer  1951                                                                  collage jlmi  2014
 

 

Je vous insulte

Hyènes et chacals

Allez-vous faire pendre

A la poutre

De la Vanitas-Vanitatis

Avec votre littérature de bonshommes

Rassasiés

Avec votre éloquence au cou

Tordu

Avec vos Roberto Benzi et vos Paganini

Qui n'ont pas besoin de ronger le bois de leur violon

Pour déjeuner

Ni besoin de leur archet pour se gargariser le

Gosier

Allez-vous faire pendre à la potence de l'Inutilité

Avec vos tableaux

Vos bijoux

Vos bibelots

Vos Aristote et vos Goya

Vos whisky à gogo et vos Peter

Cheney

Vos docteurs Petitot

Vos «voui ma chère»

Et vos taratata

La Pendaison voilà

Charlemagne

 

Manger

Manger

A manger

A manger pour les Yasmina qui ne

Sont pas encore

Dans la tombe

Manger bassement

Et moudre

Dans un bruit de salives et de mâchoires

Satisfaites

Du pain et de la viande

Et les avaler et les sentir passer dans

L'oesophage

Et les deviner

Apaisant la complainte des estomacs qui ont

Faim

Et des chairs qui ont froid

Manger

Hyènes et chacals

 

Mais les enfants de Charlemagne le ventre plein

Chantent une chanson

Une chanson qu'on apprend à l'école

 

Sur le pont d'Avignon

On y danse, on y danse

Sur le pont d'Avignon

On y danse tous en rond.

 

J'ai vu

Du sang dégouliner

Et des gens courir, et des gens affolés, et des gens

apeurés

Et des gens courageux et gens badauds et des

gens pressés

Et dans tous ces gens

Un gardien

De

La

Paix

Avec un carnet

Et avec un crayon

Et je me suis sauvé...

C'était quelque chose comme le

20 OCTOBRE 1949

A quatorze heures dira le journal

 

 

(d'après, Editions Bouchène, Alger, 1987. N° d'édition 001/87. Dépôt légal 1er trimestre 1987. Re-publié  par le n°10 de la revue Albatroz, Paris, janvier 1994).

 

Source   http://albatroz.blog4ever.com/ismaal-aat-djafer-complaint...

 

29/05/2014

l'oeil & la plume : sommet d'où jeter son pinceau ( fragment III )

fleur tao recadr+contrast2.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                        collage  jlmi  2014

 

 

Au début

L’homme faisait rire

Et sourire la terre où il semait

 

Au début

L’homme faisait danser

Le tango à la mer des bateaux

 

Au début

L’homme faisait porter

Le chant par l’air et par le feu

 

Autour du corps de la femme

 

Rappelle-toi

Ce n’est pas tellement loin

 

Nous l’avons promis

Ça durera autant qu’il le faut

 

26/05/2014

l'oeil & la plume : complainte des mendiants de la Casbah & de la petite Yasmina tuée par son père ( fragment VII )

casbah ismail-ait-djaferneg VII.jpg
texte de ismaël ait djafer  1951                                                                  collage jlmi  2014

 

Je vous insulte

Hyènes et chacals

Avec toutes les injures de mon

Alphabet

Et je vous jette au crâne

toutes les potiches de mon

impuissance

Car

Hyènes et chacals

Vous meublez le long tunnel de votre ennui

Des dimanches et des jours creux

Avec le casse-croûte des faibles

Et vous en tapissez les murs avec la chair

De poule des gens qui dorment dans les

 

Igloos des nuits d'octobre

Parlez-moi

De plaisirs quand les gens criant famine et

Désolation

Mettent en marche le phonographe de leurs plaintes

Et battent

Les tambours de leur misère

Sur une place publique

Personne

Ne s'arrête

Rien ne compte plus

Que ce vide des ventres

A combler qui résonne comme une orgue

Dans les crânes des abrutis satisfaits

Comment pouvez-vous vivre, gens de l'argent et de caviar avec ces poux

Que vous ne grattez pas?

Comment pouvez-vous avaler la pâtée

Gens de cravates et parfums que les cravates

N'étranglent

Pas et que le parfum

N'étouffe

Pas?

Comment pouvez-vous caresser vos femmes, lisser votre moustache,

Hausser les épaules, acheter un timbre, applaudir le Cid au théâtre

Des vies, distiller l'anis de vos satisfactions dans l'alambic de vos

Gosiers de pierre, marcher les pieds au sec et la tête dans un chapeau

Curer les ongles de vos chiens, avoir des enfants, tambouriner

Des doigts sans honte, aller la tête haute et le coeur lourd, rire du rire

Faux

Des gens sans conscience, mâcher le chewing-gum des ânes désabusés,

Décortiquer la croûte

D'un poème

Ou la coque d'une chanson pour en avaler sinistrement le fruit

Se dire comblé

Se dire ravi

Se dire heureux

Se dire bon

Se dire humain

Quand les saltimbanques de la misère

Chantent

Et dansent

Le ballet des petits pains devant des banquettes vides

Quand les clowns

poussifs

Epoumonés

Tuberculeux

De la charité

Soufflent dans le tube de leur intestin grêle

Pour bien vous montrer qu'il est

Vide

 

 

(d'après, Editions Bouchène, Alger, 1987. N° d'édition 001/87. Dépôt légal 1er trimestre 1987. Re-publié  par le n°10 de la revue Albatroz, Paris, janvier 1994).

 

Source   http://albatroz.blog4ever.com/ismaal-aat-djafer-complaint...