Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2014

l'oeil & la plume : mur à angle droit

Angle-de-murcontrastcolorized.jpg
texte de Hédi Bouraoui                                                                                                             collage  jlmi  2014
 

 

Pourquoi et de quoi faire un mur ?

Cette grisaille cimentée des séparances qui durent

Le temps de la lettre Terre Azur…

Enoncés d’appartenance sous l’effet violence

 

Ce qui pousse le lac poème détourné

Vers le parc des reconnaissances légitimes

Qui rebondissent et se scindent en échos de fables

Pourvoyant  l’origine et ses remous enfantins

 

Qui fermera l’écluse des tablettes interdites ?

Quand court le bruit des torrents Sirènes

A multiple tours des veines

Hybride sécurité d’adolescence

 

Se délient les lèvres cousues

Vallées acquises convoyeuses de pertes

L’hémorragie de chagrin escalade

Ce qui lui ressemble

Terrain brouillé de basses feintes

 

La hantise du passé adulte erre

Dans les cœurs enivrés qui les mettent en scène

A l’axe du récit vertical

Estuaire d’un pays qu’illuminent  ses carences

 

La crête du sens-gouffre des partis-pris

Pourra se les  remémorer

Au temps inévitable des comptes

Comment nommer la conquête de la haine

Dans le décor des dépits  des rancunes ?

L’âge mûr se croit victorieux lorsqu’il est

Au rendez-vous des sursis

Telle colombe à rempailler au pays de la grâce !

Celle qui fait tourner en vaches folles

Les fantômes des nuits acerbes

 

Au tournant le Jour scandaleux ne justifie plus

Telle ou telle présence de colonies 

Ou grappes de mots d’une sédition sanguine

Les parcelles arrachées au fil des missiles

Et autres assassinats ciblés

Les lamentations impriment sur les peaux

Soumises et triomphantes un profil marais-cage

 

Des deux cotés un Mur trophée humiliation

Se fait bâtir continuant l’arrogance de celui

Qui fut détruit en faillite d’indépendance

Blessure tentant feinte et convergence

 

Le livre de doléances se décline

Maintient défaite et conquête

Dans l’attente d’un angle droit

Qui ne deviendra jamais l’aigu de la paix

 

in Livr'Errance  Ed. D'Ici et d'Ailleurs  2005

 

 

 

06/03/2014

l'oeil & la plume : des idées derrière la tête II

ilg02.JPG
texte & illustration   isabelle le gouic
 

J’ai rêvé cette nuit d’une ville qui s’appelait Erata. Puis, j’ai oublié…

Parfois, je fais des jeux de mots dans mes rêves. C’est fou !

 

J’y ai cru ! Et puis…

 

La fête bat son plein.

 

18, 19, 20 et

tout s’est arrêté. Moi,

j’ai compté jusqu’à 30 et puis

je suis partie.

 

Je crois qu’il faisait nuit.

Les murs sont tombés.

 

Que fais-tu ce soir ? Viendras-tu me voir ?

J’attends depuis longtemps.

 

à Paris…

 

Il m’a dit qu’il ne voulait pas

Je ne sais pas pourquoi.

 

(a + b)² = a² + 2ab + b². C’est remarquable !

Il en existe d’autres que je ne connais pas.

 

Pourquoi ce doute ?                        L’enfer me ment.

 

Trois chevaux et un âne…              Il va falloir attendre demain.

 

Dans mes pensées, il y a le pire,

Mais ici, rien n’est interdit.

 

Il y avait des rires et des cris d’enfants.

Ce poisson est étrange !

 

Je suis rentrée dans le carnet où

j’écrivais et les pages

m’ont avalée malgré

moi…

 

J’ai peur de l’ombre.                       J’ai écrit une nouvelle chanson.

                                                        C’est drôle, j’en ai écrit la 1ère ligne

Où êtes-vous ?                                 en rêvant. Je me suis réveillée et j’ai écrit la fin.

 

Puis ils sont partis en

courant vers la

rivière,

heureux…

 

03/03/2014

l'oeil & la plume : j'écoute mourir ...

ecoutemourir2.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                       collage  jlmi  2014
 
 

 

J’écoute mourir

et remourir

la mer

 

mais la mer est

toujours là

 

qui veut mourir

en épousant

l’horizon

 

Je vois paraître

et reparaître

l’étoile

 

mais le ciel est

toujours là

qui veut

 

disparaître et se

jeter dans le

vide

 

Je sens passer et

repasser les

jours

 

et rien jamais ne

me lasse

 

de cette mort

qui ne peut pas