Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2014

l’œil & la plume : comment se perdre.com

iphone marcheur boussole fond B.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                              collage   jlmi  2014

 

Alors maintenant le marcheur il débarque chez toi armé d'un aiefone ou smartfone ou un jouet du genre, il te dit à peine bonjour, il te brandit son truc sous le nez, il est complètement paumé, il te demande un village inconnu qu'il te montre avec goggle earth genre (= lieu dit parmi 30000) , il te regarde pas parce qu'il a ce jouet greffé à la place de la main (et aussi à la place de son sens de l...'orientation) et il te le montre en appuyant sur maints boutons en attendant que tu lui dises ce qu'il faut faire, il ne sait même pas de quel côté de la rivière il est alors qu'il est loin là de la rivière, il ne sait pas où il est à une bonne dizaine de km près voire plus.... par contre il est super équipé, sac pour trekking himalayen, fringues, bâtons tout ça.... "le comment se perdre" en kit....

Et puis tu sens bien qu'il aurait été plus à l'aise de te poser ces questions en t'envoyant un sms depuis l'autre côté de la porte !

Et en plus, j'oubliais, il te demande de situer ta maison sur son écran.... heureusement que je ne suis pas complètement parano....

 

19/05/2014

l'oeil & la plume : brin d'herbes (extrait II )

carlson-taoneg.jpg
texte de carolyn carlson                                                                                                            collage  jlmi  2014

 

 

Se souvenir

de soi-même comme d’une larme

dans l’immobilité de l’air

 

Une nuit si claire

événement d’air et de parfum

les fleuves charrient les morts vers la mer

les fleurs de cerisier s’envolent

vagues de mélancolie sous les draps de soie

courants d’amour infini et d’infinie caresse

 

Je voudrais parfois tout abandonner, être poète

seulement, affranchie du lieu et de l’espace

rien que ce pas nu...

 

 

in  brins d’herbe Actes Sud, 2011

Plus sur Carolyn Carlson poète http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10303811d/f1.image

 

18/05/2014

l'oeil & la plume : les grands espaces

decharge2clearinvertedB.jpg
texte de cardon le barbier                                                                                                          collage   jlmi  2014

 

Je crois que nous faisant face

Nous avions toujours le dos tourné

Entre nous tout était connu, étendu à sécher

Il n’y avait plus rien à démonter

Tout n’était que pièces détachées

Oubliées dans un carton de poussière

Et pour ne pas voir ce terrain vague

Vide

Nous fermions les yeux

Et parlions à tâtons.

 

Lentement aveugles

Tout devint bruit

Et le silence tomba

Comme la nuit des tropiques.

 

Installés au pied d’une décharge

Assis sur les marches du soir

Nous fixions l’horizon dans la même direction

Pour ne pas nous regarder.

Le vent faisait battre les volets

Un peu de terre soulevée, plus bas

Sous nos yeux se levaient les lumières de la ville.

Nous parlions une langue morte

Des textes sans images

Des dialogues sans personnages

La vie pratique était lieu de rencontre

Comme un parking de supermarché abandonné.

 

Nous attendions la libération.

 

 

in poèmes en loft / urgence poésie  2013