Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2017

l'oeil & la plume... les pâquerettes des bords de routes

Image1.jpg
texte de fanny sheper                                                                                                             photo de jlmi  2012
 

 

Qu’est ce qu’on n’a pas fait comme cochonneries tous les deux

On pouvait pas s’empêcher

Dans les hautes herbes perdues dans les branches

Contre un mur accroché aux antennes

Au pied d’une poubelle la tête dans  les bijoux

Sur un banc gribouillé tout en haut des néons

 

On s’est rependus un peu partout

On se promenait dans les villes

Les mains sales de délices et  les yeux juteux

On s’enveloppait tout le temps comme des nuages

 

Ton jean en tire bouchon et ma culotte au plafond

C’était rigolo

Dans un lit qui grimpe aux rideaux décoiffés

Contre un pylône les orteils dans les fils électrifiés

Dans un vieux sofa rouge et profond comme la mort des amants

Sur un plancher penché les cheveux mouillés

Dans le sable les doigts salés

 

On l’a fait mille fois partout

Comme des obsédés qui vont trépasser

On s’est écarquillés, on s’est entremêlés

Comme les derniers dingues d’une dynastie effondrée

 

On  l’a  fait

Cachés dans un zoo près des papillons

Dans les toilettes d’un bus bondé

A califourchon dans une forêt poilue

Sur un vieux lavabo qui boitait

Sur une peau de vache dans l’étincelle d’un crépitement

Contre un  matelas à poils dans les étoiles

Dans un parking glauque à en péter les vitres

Dans les pâquerettes et les plastiques des bords de routes

 

On l’a fait partout, tout le temps

Comme des damnés qui vont crever

Comme des gamins déglingués qui se font briller

On l’a fait partout et après on est rentrés chez nous

On s’est évaporés comme ça dans une buée

 

04/11/2017

l'oeil & la plume... en dehors & autour (fragment)

Sans titre-3.jpg
texte de werner lambersy                                                                                ill.jlmi  2017

 

 

 

La lune a cassé sa coquille
D’œuf

Les chiots du soleil jouent
Avec le bout de leur queue

On a parqué la mer au bout
Des autoroutes

On se lance
Dessus les pentes neigeuses
Comme sur un
Parquet de danses dans une
Boîte de nuit

Le TGV a les mêmes œillères
Que l’ancien cheval
De laitier

On attend toujours le facteur

 

02/11/2017

l'oeil & la plume... parfois dans la chambre

 mulm parfois dans la chambre.jpg
texte de murièle modély     ill. jlmi 2017

 

 

parfois dans la chambre
il ne se passe absolument rien
de métaphorique
du cru, du cul, rien que du très banal
aucune pensée poétique
dans le lit, entre les jambes
parfois le président s'invite 
avec son énième discours cynique
entre les draps, souvent tu penses 
à tes impôts, au racisme, à tes soucis
à la liste des courses
tu serres les dents très fort, tu voudrais jouir, bordel
ne pas penser au lendemain
à la bête immonde, au type qui dort
en bas de ton immeuble
tu voudrais, tu en as honte, n'être qu'une peau
un frisson qui court comme un poème
un petit, un haïku qu'importe
un jeu de langues, au propre comme au figuré
qui te ferait quitter
qui ferait décoller
la réalité
passer par la fenêtre et cramer au soleil