Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2014

l'oeil & la plume : sommet d'où jeter son pinceau ( fragment I )

Utagawa Hiroshige – Rough Sea at Naruto in Awa Province (1855).jpg
texte de werner lambersy                    ill utagawa hiroshige    Rough Sea at Naruto in Awa Province (1855)  ( partielle )
 

Si tu t’adresses à quelqu’un

N’oublie pas jamais

Que tu parles

 

À un mourant

À quelqu’un qui est en train

De mourir

 

Et s’il répond

Que c’est la mort qui te parle

À toi qui vas mourir

 

Ne l’oublie pas

Tout est affaire d’ultimatum 

 

Que ta voix s’apaise s’épuise

Puis passe au poème

Qui se tient

 

Au plus près du silence dont

La ruine est comme

De l’eau

 

Qui retomberait sur une autre

Avant de gonfler

Un nuage

 

Et d’arroser les terres du bas

 

La voix retourne

Toujours aux racines ici d’un

Arbre et là de l’herbe

 

Ici d’une pierre et là de vents

Levés plus hauts que

Les bronches

 

 

Où les bruissements de l’âme

Tannent une surface

Désertique

 

 

06/05/2014

l'oeil & la plume : mauvais pote

descente escalier.jpg
texte de vincent                                                                                                                 ill ©patrick tourneboeuf

Je me pointe,

sur mon Dax st70 honda

Sous la visière

        L’air frais du 15 février et de la route

a effacé

les

traces

de

vodka

de la veille.

Je marche partout mais je ne le trouve pas

        Alors je vais voir une fille

plutôt sympa et souriante derrière son ordinateur.

        je lui demande où est mon

pote qui a publié un roman et qui

a

été

invité

ici

pour

en

parler

        Mr…. dit-elle, c’est déjà

commencé, vous ne pourrez pas rentrer

essayez si vous voulez

mais si la porte

est fermée

en

haut

de

l’escalier

c’est

trop

tard.

 

En haut de l’escalier

je vois

une porte de plus de fermée.

 

        Mon pote est surement derrière

je suis heureux pour lui

        il l’a fait

        il a publié un roman

et un million de poèmes

        je redescends l’escalier

je fais une photo de moi, je lui envoie

par mail et je lui écris, pardonne-moi

                        d’être un mauvais pote

 

05/05/2014

l'oeil & la plume : brins d'herbes ( extraits )

carolyn carlson Synchronicity_02_c_Olivier_Madar.jpg
texte de carolyn carlson                                             photo ©olivier madar                carolyn carlson in synchronicity 
 

 

Sometimes I want to give up

be a poet

stripped of space and place

other than this barefoot step…

Je voudrais parfois tout abandonner, être poète

seulement, affranchie du lieu et de l’espace

rien que ce pas nu…

Animals, plants, trees, stones, birds,

lakes, stars, waters, insects, moutains,

men, women, children

Joy and salt tears

with the same regard

Animaux, plantes, arbres, pierres, oiseaux,

lacs, étoiles, eaux, insectes, montagnes,

hommes, femmes, enfants

joie et sel des larmes

pour tous

le même égard

We live in a rented world

and all of our art will fall into oblivion

this is the law of the universe

we are the matter of ALL THAT IS

emerging and disappearing

Nous sommes les locataires de ce monde

et tout ce que nous avons créé tombera dans l’oubli

telle est la loi de l’univers

nous sommes l’étoffe de tout ce qui advient et s’efface

 

in  brins d’herbe Actes Sud, 2011