Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2017

l'oeil & la plume... à la soupe populaire

Margaret Bourke White, Soupe populaire à Louisville, 1937.jpg
texte de Lionel Mazari                                   photo Margaret Bourke White, Soupe populaire à Louisville, 1937

 

A la soupe populaire, je t'invite ; j'ai deux trois tickets dans la poche ; je sais : ce n'est pas trop le genre d'endroit pour les affaires. Les gens qui vont là-bas, ils font la gueule, et ne l'ouvrent pas en mangeant ; ce n'est pas de la politesse non, mais ils croient que c'est la honte qui les oblige ; alors ils ne disent pas qu'ils n'ont pas fait ci qu'ils n'ont pas fait ça ; et ça ne les rend pas trop gais non plus de voir toutes ces femmes et tous ces hommes qui leur ressemblent. A ruminer le prochain repas.

Ici chacun est un miroir brisé pour l'autre. Il y a des files d'attentes déçues dans les reflets des vitres sales où la détresse et la misère sont reproduites à l'infini ; et puis à l'intérieur, comme dans la longue et lente et lourde salle silencieuse des corps, la fatigue et la colère mettent les taches du vertige dans les yeux louches des solitaires accablés.

Cette nourriture qu'on y sert, vaches maigres et choux blancs, sans la faim, ils la laisseraient bien à de moins pauvres. Chacun mastique dans son coin, sans parole, le bras autour de l'assiette. Ici c'est pour un rab de dignité qu'on dissimule avec pudeur ses restes et ses miettes d'identité derrière un bras de déshonneur.

A l'asile de nuit aussi, tu pourras venir. Je te préviens, la douche est obligatoire. Et le couvre-feu à dix heures... Des fois qu'un feu brûlerait encore la chair de soufre des sans-papiers aux mille maux.

Et puis il faudra se lever avant l'heure car le grand lâcher des clochards se fait le matin à six heures qu'il fasse tôt qu'il fasse tard.

Il s'y rencontre parfois entre vieilles connaissances quelqu'un qu'on n'avait pas revu depuis longtemps. Et ça n'fait pas vraiment plaisir. Où était-il passé ? En prison ? Sur un chantier. Ou chez les dingues ? C'est là tout l'ailleurs qui peut écarteler un homme.

-Tiens, à propos as-tu remarqué que les femmes ici sont interdites?

L'un n'a pas eu de chance ; l'autre n'est pas mort non plus. Les mains rouillées qui leur servent de maillons ont le froid métallique des évasions manquées et la mollesse serpentine des chaînes. Peu sont entiers de l'âme et quelques uns ne le sont pas du corps.

- Un train m'est passé dessus sans crier "gare", dit l'amputé à un nouveau.

Mais pas un ne rigole, car le cynisme n'est rien d'autre qu'une des formes éveillées du cauchemar ; et puis surtout, il manque trop de dents à son humour et à la rage.

Dans la salle de détente après le repas, la télévision parle toute seule ou à quelqu'un qui n'est pas là. Un schizophrène, un peu timide dans sa folie, lui fait l'aveu en rougissant qu'on n'a vu personne aujourd'hui. Bientôt une nuit électrostatique tombera sur l'écran ; alors on pourra regarder dans son reflet en gris sombre la retraite des dos voûtés, leur débâcle vers les dortoirs et cette étroite nuit au large du sommeil en barque sur les larmes.
 
source : revue Nouveaux Délits n°55

 

04/02/2017

l'oeil & la plume... la Préfecture des étrangers

photoAFP.jpg

texte de Laurent Bouisset                                                                                                     ill. jlmi sur base AFP

 

 

La préfecture des étrangers
est un lieu bas de cœur
et de plafond
la nuit s'y cogne
et s'y prélasse l'aigreur
adipeuse
tout le temps
tu auras beau bouffer de la salade
et même aller courir assez souvent,
tu te trimbaleras dans ce rade
la bedaine du bonhomme Michelin
c'est que la légèreté devient obèse
passé la porte
le soleil simplement décède,
et te vient cette haine rampante,
cette frousse vive
au corps flanquée
par de sinistres employés séduisants
 
certes, un grand nombre
de ces goules sont gentilles...
vous me croyez ?
vous les imaginez volontiers délicats ?
enclins à manier l'humour fin ?
oui... le second degré
pour ces professionnels du chiant
est un grand art !
 
il faut dire que c'est chose assez... cossue !
cocasse aussi il se pourrait !
que macérer derrière sa vitre
à titiller tous les matins notre exaspération,
et après ça...
je veux dire : à la fin de ces journées
passées à emmerder l'humanité
font-ils l'amour ?
sourient-ils à leur vide
dans le miroir... ou
se demandent-ils
à eux-mêmes
un acte de naissance ?
je n'ai pas le désir
de les plonger crûment
dans l'eau bouillante
non, je ne désire pas non plus
leur brûler l'intestin
avec une clope
juste ces humains-là
je les regarde
je les observe et les dissèque
avec le calme
et la joie de l'ado
fixant l'acné
apparue sur son front
oui, je les dévisage en gros
comme une pustule
mais sans violence
rassurez-vous
après tout ces pantins ont-ils le choix ?
ont-ils un instant consenti
au rabaissement de leur psyché à ces latrines ?
le plus beau serait qu'ils y croient évidemment...
la foi en l'administration
ferait d'eux des idiots spectaculaires !
mais j'ai surtout le sentiment
qu'ils nous ressemblent...
oui, qu'ils sont à peiner comme nous
dans la gadoue
en bousiers lents
s'ils pouvaient peiner plus...
si notre père barbu qui êtes aux cieux
entendait ma prière et les rendait
pour le moins... insomniaques !
oui, s'il les gratifiait amoureusement
d'une belle dépression ! je jouirais presque !
autant dire que je m'enduirais de leur bassesse...
je planerais bas...
en cela le reflet du lieu,
sommet du bas ! je le rappelle
allons du nerf !
dégage enfin ta peau de là !
avant la mort absolue de ton âme !
 
mais sans leurs papiers, je puis vivre ?
alors... que faire ?
rien
baisser consciemment
avancer dans la bouse en le sachant
mais sans jamais perdre de vue
qu'il s'agit d'un cauchemar
et non de la réalité
à moins qu'il s'agisse de l'inverse ?
la frontière à tracer est floue
dans ce mouroir où dépité j'en vois
qui simplement pourrissent d'attendre
au fond de la pire des réalités
on peut toujours dénicher dans la suie
un soupirail
par là, je cherche et scrute et flaire encore,
mais j'ai beau m'esquinter le cœur poisseux
rien, de la suie...
de la suie consternée en tas encore...
des nerfs tendus dedans s'obstinent
à mâcher des orties
et l'humour cherche à s'envoler
comme un oiseau dans un égout
les ailes pas noires encore totalement
jaune pâle non plus
peut-être habillées de... violet ?
 
source : revue Nouveaux Délits n°55

 

02/02/2017

l'oeil & la plume... Ryoan ji Blues

bonsaï.jpg
texte & ill. jlmi

 

I

 

Au milieu du sanctuaire,

par un jour de pluie,

le Bouddha resplendit

sous un grand chapeau de femme.

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Toutes ses veines balbutient

sous la peau parchemin.

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un peintre dont la vue s’obscurcit,

paupières qui palpitent, peint

en rides runiques

un résineux, épis bleu violet

dans les rochers nus ;

image qui bouge dans le pinceau souvenirs.

Le goyo matsu,

n’a de couleur ni ancienne ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… une cloche de bambou claquette

la caresse d’un souffle.

 

 

Murmure de mots interdits à l’oreille,

des dormeurs qui vécurent,

béquilles de brume fondues,

tout est beau dans la pénombre.

 

La hache et le coin…

Répondre ? …

Depuis toujours les oiseaux ont peur des chutes de pierre.

 

*****

 

II

 

Au milieu du sanctuaire

par une nuit de pleine lune,

le Bouddha sourit

des larmes de lotus.

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Dans l’ombre sombre du dojo

plus rien ne vit.

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un peintre a éteint l’éclat

de ses yeux las

sans déranger une étoile.

En contre-point de ses encres

du linge sèche.

Les aquarelles de lumière

ne se font plus que sur les pierres du jardin

qui n’ont de couleur ni ancienne, ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… au kansaï hibachi, le charbon de bois rougeoie

l’éclat d’un rêve.

 

Murmure des mots d’accès aux univers

sans fin, réservoirs sans fond

d’éternité pour jours ultimes

sous la protection du silence.

 

Le fluant et l’immuable…

Répondre ?

 

Depuis toujours les pierres ont peur des chutes d’oiseaux.

 

 

****

 

III

 

 

Au milieu du sanctuaire

par un jour plein de nuit

le Bouddha se rit

de l’offense d’une fiente

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Son fleuve passe

sous le pont des brouillards

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un vieil aveugle

assis, immobile

fixe le jardin

de ses yeux blanchis.

Le chant des sphères lui raconte

les 7 couleurs à  quoi penser.

Mais seules sont ses encres

qui n’ont de couleur ni ancienne, ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… par bribes, un mantra

récité d’une voix gutturale.

 

Murmure de mots immortels

qui n’ont jamais existé

qu’ici et maintenant.

Plus de langage, rien.

 

Le trait ou la page

Répondre ?

 

Depuis toujours les oiseaux de pierres ont peur des chutes.

 

***.

 

bunjingi : forme de bonsaï dite du lettré (la plante de l'illustration n'a pas cette forme)

dojo : salle

goyo matsu : pinus pentaphilla, pin

kansaï hibachi : brasero de la région de Kyoto

zazen : position assise de méditation