Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2017

l'oeil & la plume... terrain vague

terrain vague 02.jpg
texte de jack micheline                                                                                                                collage  jlmi  2014

 

l’air vivifiant

du matin

mouille l’herbe

perrons & réverbères

un homme dort

sur un banc

dans un parc vide

où les cordes à linge

se croisent dans les rayons

rouges flamboyants du soleil

se levant pour éveiller

le rêveur

battements de tambours

oh terre ensoleillée

vrombissement de train

autobus silencieux

bouteilles vides

dans les terrains vagues

musées moisis

statues de parcs

temps infini

des millions au royaume stérile

de la camelote

regardez donc

le soleil

l’aurore

est pour

bientôt.

 

in Un fleuve de vin rouge ed dernier télégramme

 

18/05/2017

l'oeil & la plume... Babouillec

Hélène Nicolas alias Babouillec, écrivain autiste sans parole.jpg
Hélène Nicolas alias Babouillec, écrivain autiste sans parole

 

 

Je suis une enfant du ventre de ce monde où la poésie s’enterre vivante asphyxiée par l’hégémonie culturelle… Je suis une enfant en errance dans ce monde peuplé de certitudes soumis à la servitude. ( Babouillec in Algorithme éponyme )

 

 

 

 

02/05/2017

l'oeil & la plume... entre Dijon & Nancy

dijon&nancy01B&W.jpg
texte de bruno toméra                                                                                                                   collage  jlmi 2014
 

Les néons blancs crépitent sur son visage,

de ses cheveux collés contre des rides

s'écoulent des sueurs

qui tachent le col de la blouse bleue,

elle frotte, insistante et courbée,

les ecchymoses du carrelage

d'un balai brosse démesuré,

en forçant sur ses mollets violets de veines éclatées.

J'évite hagard son chariot de munitions

à sulfater les bactéries

et gerbe dans l'évier un restant d'ineptie.

Ses yeux fatigués s'accrochent

comme des crocs dans ma nuque

puis indifférente s'en retourne à son chantier,

elle, qui efface dans l'aire de la nuit,

les empreintes des allées et venues.

Il me faut de ce café fort et dégueulasse

pour traquer la piste de l'humanité perdue.