Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2017

l'oeil & la plume... un monde dans un monde dans un mon...

un monde dans un monde2.jpg
texte de bruno toméra                                                                                                                           ill. jlmi 2013

 

 

Quand nos heures fixes ne tiennent plus au garde à vous.

Quand les théorèmes prennent la tangente des libertés.

Quand les langages expriment le souhait.

Quand la somme d’un salaire est la somme d’un désir.

Quand vouloir n’est plus la terminaison du Pouvoir.

Quand la réalité n’est pas un faire part mensonger des télécommunications.

Quand nous ne laissons pas nos vies orchestrées par des shows men.

Quand nos matins n’acceptent pas les contrefaçons du jour.

Alors les minutes ne sont plus des acomptes versés à la mort.

Les géométries enjambent le court chemin de l’espoir à la réalisation.

Les désirs sont une caresse de parole.

La parole passe partout de l’imagination.

L’imagination se taillant un costard dans l’abstraction.

L’abstraction un puzzle passionnant éparpillé par le vent.

Cela est puisque je l’ai nommé

et déjà plus que frissonnant, impatient amoureux,

dans le matin qui s’étonne.

 

03/12/2017

l'oeil & la plume... les choses de la vie

Epitaphecyclade.jpg
texte & photoglyphe  de jlmi  2008

 

02/12/2017

l'oeil & la plume... Big Bang

bigbang.jpg

texte de denise desautels                                                                                       collage de jlmi  2011
 

 

dehors sec et clac

un simple échafaudage ou toute la terre

vois, vois

c'est flamboyant, rempli de couteaux

l'insensé en plein ciel, ça résonne

 

l'effroi fauve

pauvrement en soi

concentre noirceur et lucidité 

 

tu as parfois du métal dans la voix 

comme un fort aveu de consonnes 

 

on croise le fer, on dit 

démolition, incendie, étoile 

on se rend jusqu'à grenade et croc 

en additionnant des cercles 

leurs points cardinaux 

l'impact de leur tremblement 

jusqu'à ce que tout s'effondre 

chantiers, tours, larmes et livres 

excédent d'ambiance 

 

et quand tu crois que plus rien ne peut être sauvé 

quelque chose, quoi 

à peine une syllabe 

son plus pur dénuement 

aube 

là où émigre 

l'ultime fantôme de la caresse