Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2017

l’œil & la plume... naissance des mots

2009les _mots.jpg

dans la rue Quincampoix... 2008              photo jlmi portée par isabelle grosse & cathy garcia ND 34

 

 

 

18/03/2017

l'oeil & la plume... kama sutr'art

050513 18 Tuileries 75.JPG
                                                                                                                          texte & photo jlmi  2005
 

 

Amour de l’Art, Art de l’Amour

 

Trois stèles de basalte abstraites se détachent sur un fond de verdure au cœur du jardin des Tuileries. Elles semblent troncs sans feuilles, troncs aux branches repliées, comme trois parapluies de géants naturistes abandonnés là pour le plaisir des yeux. Nous sommes à deux pas du musée du Louvres. Les géants ont du s’y retirer, dans la fraîcheur des salles aveugles des sous-sols d’antiques.

Amour de l’Art.

Sous les frondaisons, en bord d’allée, comme isolé dans sa bulle, un couple enlacé vient d’échanger un baiser. Les amants jettent un regard souriant au photographe, dans une joyeuse complicité. Plus tard Il lui fera même un geste de la main mais Elle dans un mouvement de pruderie feinte cachera son visage au creux de l’épaule de l’homme. Que du bonheur à partager dans cet instant saisi au vol. Ils n’en sont pas avares.

Art de l’Amour.

 

 

16/03/2017

l'oeil & la plume... hommage à Antoni Tàpies

 

tardif-tapies.jpg
texte de jean-claude tardif                          ill. Antoni Tàpies Tres grises y negro (1967) & composition au grand A (1975)

 

 

GRAVURE

 

CHEMISE

Camisa bianca

camisa negra

tenue sur le fil

sans col officier ni Mao juste

une poche en place du coeur

Adolescence à Barcelone

le vent est tombé avec la ville     peut-être

camisa negra

camisa bianca

tirant sur le rouge sur le fil               et dedans

le cri des autres

LIVRE

Le corps est figé

sombre sur le gris   le brun

vie qui n'aurait de cesse

de s'expliquer

chercherait ses mots propres

mains plongées

dans le cambouis d'encre de la nuit

Le corps est de dimension restreinte

12 peut-être     Majuscule diraient certains

avec de l'envie dans la voix et le tremblement

des mains

Ceux-là ne cherchent pas A le comprendre

A prononcer ce corps

qui les regarde ils scrutent le brun     le gris qui l'entoure

qu'il parviendra à rompre

jusqu'à l'espace libre que nous appellerons

(ils n'en savent rien)

BLANC

pour commencer de dire l'H(h)istoire