Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2014

l'oeil & la plume : des hécatombes d'enfants

puits I.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                            collage  jlmi  2014
 
 

On sacrifie

des hécatombes d’enfants au

Baal du profit

 

la mort fera

pencher les tournesols noircis

de nos âmes

 

vers des terres arides et dures

 

la vie préparera

le cerveau du poulpe ou du rat

 

afin qu’ils apprennent

à rire en se souvenant de nous

et de nos vies

 

 

in   comme les eaux s'agitent au plus profond d'un puits 

 

 

10/04/2014

l'oeil & la plume : complainte des mendiants de la Casbah & de la petite Yasmina tuée par son père ( fragment IV )

casbah IVsépia.jpg
texte de ismaël ait djafer  1951                                                                                                      collage jlmi  2014
 

 

 

Le froid est silencieux

Le froid ne dis rien

Il tue simplement

Il tue les gens

De mort naturelle

Surtout le froid tue les pauvres gens, qui ont une paillasse

De carton pour dormir

Et du papier d'emballage

D'emballage

D'emballage

Pour se couvrir

 

Quand il a de bon matin,

Ce sacré courant d'air glacé

Qui glace la pierre et l'emballage et l'emballé

Et qui virevolte et batifole à travers

Les arcades de la Rue dela Lyre,

Charlemagne

Et qui saute à pieds-joints

Du dormeur mâle

Au dormeur femelle

Et du dormeur enfant

Au dormeur vieillard

Et du dormeur tuberculeux

Au dormeur B.C.G.

Et ainsi de suite

Pendant 500 mètres de carton et de

Papier d'emballage

Et pendant ainsi 127 arcades

Cadavérifiées

 

Avant de mourir la petite

Yasmina

Dormait déjà

Avec son petit papa

Qui l'a assassinée

Simplement

Brusquement

Avec ce geste paternel

Et pas du tout méchant

Du paysan laborieux

Consciencieux, qui sème la petite graine de

Neuf ans

Dans le sillon

Des pneus d'un gros camion qui passe

Et qui repasse

 

Lorsque l'enfant paraît...

Patati...

Et lorsque l'enfant disparaît

Patata...

 

Charlemagne,

Tu ne sais pas.

Combien, ça peut mettre

En colère

Ces tas de trucs qui font mal au coeur

Et dont tout le monde

Se fiche

Ces asiles pour courants d'air

Ces dortoirs pour souris

Ces chienschiens aux mémères

Et ces bisness in bisness

 

Je me demande, moi

A quoi ça sert

Les barrages qui barrent

Et les routes bien tracées

Et les camions qui écrasent les petites

Yasmina de neuf ans

En roulant entre les estomacs à l'air comprimé

Et les peaux en papier d'emballage.

J'étais là, quand le

Camion l'a écrasée

Et quand le sang a giclé

 

Le sang.

 

Et alors là, je ne raconte pas...

 

Je laisse aux gens qui ont déjà vu un camion

Ecraser un bonhomme et du sang

Gicler

Le privilège de se

Rappeler

 

L'horreur

 

Et le dégoût et puis la fuite lâche

Devant un cadavre

Surtout devant le cadavre d'une

Petite fille innocente

 

Et le privilège aussi

Pour les Chrétiens le Vendredi-Saint

Pour les Musulmans le Ramadhan

Pour les Juifd le Youm-Kippour

Pour les Athées les jours de cloches sonnant à toute

Volée dans la nef déserte d'un estomac affamé

Pour les Chinois les jours de pleine lune et de

Jiu-jitsu, hara-kiri.

 

De se rappeler leurs faims

Et d'en assaisonner

Ce cadavre de petite fille

 

(d'après, Editions Bouchène, Alger, 1987. N° d'édition 001/87. Dépôt légal 1er trimestre 1987. Re-publié  par le n°10 de la revue Albatroz, Paris, janvier 1994).

 

Source   http://albatroz.blog4ever.com/ismaal-aat-djafer-complaint...

 

 

09/04/2014

l'oeil & la plume : poussière

Ludovic-Florent-Poussiere-d-etoiles-2_S.jpg
texte cathy garcia                                                                          photo © ludovic florent  série poussières d'étoiles

 

 

Juste un peu de poussière ?

 

Les mouches fermières ronronnent sur la peau de lait. Déguisé en mendiant, un bleuet part en fumée. Sur les toits, une pie s’effarouche et dans les herbes hautes, les cailles s’endorment en rêvant à des nids sur la lune. Une guêpe allumée dessine des jarretelles sur les pattes d’une musaraigne. Les laitues sont aux champs, les biches aux abois. Les murmures pourrissent sur des chemins d’épines.

 

Aux portes de la ville, valse de muses infécondes. Cantiques de murailles à faire froid dans le dos. La langue râpeuse de l’étranger, sa langue hachée, servie juste trop cuite à ceux qui pensaient pouvoir l’avaler. Des gorgones, des maux de têtes apparaissent les soirs de grand vent. Ces soirs où les passants passent comme des mortes-feuilles, où les enfants s’accrochent aux lampadaires qui urinent sans façon sur des chiens vêtus de noir.

 

Dans les jardins publics, qu’il vente ou qu’il pleuve, les mantes non religieuses sucent des fourmis à miel. Cela offusque et excite les vieilles coquettes, chapeau, gants, eau de violette. Diamants concassés dans leurs regards éteints.

 

Oui, juste un peu de poussière.