Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2017

l'oeil & la plume... les intemporaines

 

ostende.jpg
texte & photo werner lambersy
 

 

 

Le temps est sans fin

L’espace est sans fin

 

Et sans fin

Ni repos les matières

 

Car est matière

Ce qui résiste au désir

 

L’homme

L’ouvrage et son désir

Sont sans fin

 

Et la bombe

D’Hiroshima tombera

Sans fin

 

Rudérales

Sont les fleurs

De nos jardins saccagés

 

Sur les décombres

Et le remblai en friches

De nos consciences

 

Lumière

Les cendres du soleil

 

Cosmos

Ce qui couve encore

De son feu

Dans l’incendie

Aux lisières aveugles

 

Et la pluie noire

Des moussons du vide

 

Mais l’ombre

Marquée sur un pan

Carbonisé d’Hiroshima

 

Est le fantôme écorché

De qui passait  

Sous les bruissements

De cerisiers

 

Dont on disait en ville

C’est le frisson

Le plus secret du beau

 

Qui seul peut

Nourrir l’âme humaine

Mémoire

Le terrain vague

Où la végétation sauvage

 

Des images d’Hiroshima

Repousse toujours

 

Parmi les gravats

De l’horreur instantanée

 

Et les crépis boursouflés 

De la peau

Et les pustules de la peur

A venir

 

Brûlis  

Où l’ortie amère persiste

Plus têtue

 

Que l’oasis dans le désert

Du cœur

Ou le nerf

Des coqs décapités

Que la fureur fait courir

 

Les mots

Comme des gants

Oubliés rêvant de caresses

 

Que la main

Ne peut connaître que nue

 

 

Extrait des Intemporaines

 

 

Commentaires

très beau, je connaissais la photo, reçue en carte postale

Écrit par : Cathy | 21/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire