Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2012

l'oeil & la plume : un doute

 

la Tentation ?

 

michelangelo-eve-detail.jpg

 

Un peu d’attention voulez-vous ?

Nous sommes au paradis terrestre. Adam et Eve sont au jardin. La Bible dit…. Ça vous le savez…

Mais regardez bien, la Tentation vient-elle du Diable et de sa pomme que l’on pressent sur la droite, à portée de la main d’Eve? Le démon est sans doute enroulé autour du tronc de l’arbre dont on aperçoit un fragment de feuillage 

Ou bien, cette tentation vient-elle du sexe d’Adam qu’Eve a à portée de bouche ? On voit sans équivoque qu’Adam se lève de son siège de pierre et qu’Eve abandonne avec regret l’objet de son désir, d’ailleurs elle conserve la pose, prête à reprendre… D’évidence, ils ont été interrompus dans leurs jeux lascifs par ce diable, pour une fois empêcheur – en pêcheur – de s’aimer en rond.

Le péché originel ne serait donc pas la connaissance du sexe mais son interruption au beau milieu de ses délices. Adam et Eve n’auraient pas dû se laisser distraire…

 

Micheangelo fait planer un ‘’sacré’’ doute sur des siècles d’enseignements dogmatiques. Cette œuvre du plafond de la Chapelle Sixtine est acte subversif immense au cœur des hypocrisies vaticanes. Il fallait oser… Oserions-nous ?



02/12/2012

l'oeil & la plume : à la croisée des chemins

 

cairnS04a.jpg
texte par Le Salut invérifiable d'un Idiot souterrain sur                      "les deux cairns au plongeoir"    jlmi 2005
 
 

 

Entre les vertiges tranquilles

& les exigences d’un monde promis 

Comment choisir ?

 

 

 

 

 

 


26/11/2012

l'oeil & la plume : au p'tit bal

Sur la table # 4

 

 

laborde.jpg
texte de murièle modély                                                                            sur une photo de franck laborde

 

 


À peine poussée

la porte du bar

 

je sens

     c'est vertical

 

les jambes sont des arbres

les reflets déformés des racines

tordues hors du miroir

 

les bras se lèvent tombent

contre les cuisses lasses

dans l’inox tout passe

 

les gorges se détendent

lignes droites et vivaces

je ris     tu ris      on boit

 

je sens

     le viscéral

 

ma langue

ton œsophage

nos panses

 

nos traits tirés

bien droit

du point b au point a

 

les lignes parallèles

les essais vers le ciel

le boire & les déboires

 

tout ça écrit d’un jet

sur le lambris épais

 

la porte du bar

à peine poussée