Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2017

l'oeil & la plume... parfois dans la chambre

 mulm parfois dans la chambre.jpg
texte de murièle modély     ill. jlmi 2017

 

 

parfois dans la chambre
il ne se passe absolument rien
de métaphorique
du cru, du cul, rien que du très banal
aucune pensée poétique
dans le lit, entre les jambes
parfois le président s'invite 
avec son énième discours cynique
entre les draps, souvent tu penses 
à tes impôts, au racisme, à tes soucis
à la liste des courses
tu serres les dents très fort, tu voudrais jouir, bordel
ne pas penser au lendemain
à la bête immonde, au type qui dort
en bas de ton immeuble
tu voudrais, tu en as honte, n'être qu'une peau
un frisson qui court comme un poème
un petit, un haïku qu'importe
un jeu de langues, au propre comme au figuré
qui te ferait quitter
qui ferait décoller
la réalité
passer par la fenêtre et cramer au soleil

 

01/11/2017

l'oeil & la plume... funérarium

Dsc08812.jpg
texte de bruno toméra                                                                                                                photo jlmi  2007
 

 

La veuve me dit

- O mon pauvre Bruno, on est bien peu de chose.

- A qui le dites vous, lui dis je, en regardant le macchabée

gelé, allongé blanchâtre dans l'éternité.

Faut bien exorciser les départs, inciser le bubon, agiter les mouchoirs

avant de visser le couvercle et pousser le tout dans un coin de la mémoire

édulcorée.

Bon dieu, ceux qui nous précèdent ne sont que des empafés à nous rappeler

que la fusée pour le néant est parée pour nos zigues mais il est toujours plus

facile de pleurer sur la fatale inertie des autres parce que ça veut dire que l'on

est toujours debout à admirer la ligne d'horizon sur cette planète gracieuse et

qu'avec de la bouffe, un lit moelleux et les rondeurs d'une fille dedans, on

voudrait y squatter perpétuellement sans trop se poser de questions sur la

finalité du bouillon de culture. Et puis l'âme... Ce passe partout accommodant,

est elle convaincue de cette balade inédite dans le rien ? Posséder la

conscience de soi n'est pas assez, cette trouillarde conscience en veut des

frissons, alors l'âme c'est la suprême surprise, cerise sur le gâteau rance.

Et peut être que l'âme de mes chats écrasés m'attendent et puis l'âme de

cette cinglée de sardine suicidaire tenace à s'échouer sur cette plage de

matin du monde, trois fois je l'ai remise dans le sens du large et ces boucs

émissaires de taureaux qui canalisent toute la féroce inexistence de ces

bouchers en collant moule burnes scintillant et des traumatisés sexuels

jouissant de la souffrance avec leur pétoire lustrée à deux coups. Tous mes

animaux savent à quoi s'en tenir et n'en demande pas tant, de l'âme et du saint Frusquin.

Et puis l'âme des vieux journaux et leurs dépêches sanguinolentes et leurs

hommages niais immérités. Et l'âme de l'enfance innocente qui n'est qu'un

conte pour flatter le sentiment de survivance des parents devant ce parterre

de mioches, futurs connards aussi sûr que le sont leurs géniteurs. On

s'extasie bien sur n'importe quoi. Que l'on foute tout ça dans un colissimo,

direction les tréfonds de la galaxie la plus lointaine.

Côtoyer un ramassis de crétins vivants est déjà une épreuve, alors imaginer

se les taper dans l'au-delà, cela tenait de la philosophie tordue.

Une goutte fraîche d'eau bénite me sortit de ma torpeur méditative, la salle

de l'ultime repos était comble de spectateurs alléchés attendant contrits de

jouer le premier rôle, le goupillon ne chômait pas à balancer la sainte flotte,

un sérieux essorage s'imposerait bientôt pour le gisant impassible sous cette

giboulée sacrée.

Une abeille dans mon cerveau s'amusait d'un virtuose vol acrobatique. Etourdi,

je me dirigeais vers la flemmarde lueur de la sortie d'un pas pressé. Pressé...

je me demande bien pourquoi ?...  

 

30/10/2017

l'oeil & la plume... merci pour le silence pendant la représentation de l'existence

015e.jpg
texte de bruno toméra                                                                             ill pascal ulrich 1997
 

 

 

Des humains, j'en ai puisé deux amis
c'est peu et énorme mais se donner
en pâture demande une ouverture
que j'ai condamné après que l'un
d'eux repliant son extrait de naissance
a tiré sa révérence d'un coup de lassitude avancée.
Le slalom universel nécessite des entre-chats
je sais si peu danser ou sur la corde raide
me sentant plus à l'aise.
Décalquer les traits d'une figure quand accessoirement
tout vous parait vain est une prouesse de comédien,
entendre les mots cent mille fois interprétés, fatigue,
au lever du rideau l'impression du scénario est inchangé.
Le maquillage de la séduction souvent se liquéfie
sur le visage d'un clown triste le fard dégoulinant
vers le pathétique enduit de la tête au pied.
Les envolées émerveillées m'inclinent à rigoler au bout
de quelques minutes si elles ne sont honnêtes, deviennent
des habitudes fripées brandies d'un creux chapeau de magicien.
L'amour, l'amitié sont des espaces non fléchés
où le silence n'a nul besoin d'être meublé.