Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2018

l'oeil & la plume... le début de la fin

Andy Goldsworthy refuge art-en-chemin 2013.jpg
texte de cathy garcia                                                                         sculpture land art de andy goldsworthy  2012-2013
 

 

 

-        Où es-tu ?

-        Je suis là.

-        Tu penses à quoi ?

-        Je ne pense à rien.

-        Tu penses à moi ?

-        Je ne pense à rien.

 

Pourquoi penser, creuser en vain ? Je ne sais que le chemin qui file là-bas, loin, loin là-bas. Tu ne le vois pas ? Personne ne le voit… Seulement moi peut-être, seulement moi.

 

-        Tu me regardes ou quoi ?

 

Je ne te réponds pas. Tu insistes. Je résiste. Le regard qui en dit long, qui ne dit rien, vidé, vidé, vide.

 

-        Pourquoi tu m’évites ?

 

Pourquoi je lévite ? Pour éviter ça, la fuite à tout va ! Penser, penser, pourquoi penser, penser encore, pour panser quoi ?

Je cours déjà là bas, sur le chemin qui court comme moi, toujours plus loin, toujours s’éloigner, s’éloigner, ne plus penser, ne plus penser à quoi que ce soit, même pas à soi. Ne plus enchaîner les pensées.

 

-        Tu as faim ?

 

Fin

 

24/03/2018

l'oeil & la plume... psychorama holographique V

coquillagenuagespoetrydark.jpg
texte & collage  jlmi  2013
 

Réponse : L’étrange couleur des larmes

Question : A l’intérieur du rêve

La découverte d’un pays noir et inconnu en s’approchant d’une lumière intense

L’instant précis du premier entrechoc de particules d’obscurité dans l’espace.

L’esprit du bruit à l’intérieur d’une cavité de solitude

La lenteur des ombres

La danse des crotales noctambules

Les champs de glace dans les cœurs déjà morts

La nécessité de défricher avant de déchiffrer.

Le creusement progressif de la confiance

Les petits oiseaux mouillés de la consolation

Les matières premières du néant au musée de la mémoire

La lumière détrempée des jours creux

L’épaisse poussière des bruits de la Ville

La lumière municipale d’une chapelle de monotonie

Les attirances de l’interdit sur une pancarte menant à nulle part

La rouille des canicules perforatrice de ciments morts

Les manuscrits précieux de nos frayeurs marines

Le sentiment diffus mais prégnant de l’imposture

Le vent d’une folie pleine de sagesse

Réponse : Le changement

Question : La seule chose sur laquelle compter

 

La croûte de feu d’une banquise dans la fermentation d’un rêve

L’horreur de la poésie des clairs de lune ampoulés.

Le parfum de lettres d’une encre de vive poésie

Les chevaux emballés des pensées disparates

L’image d’un crâne plein de boîtes

Les pierres de lave en larmes

Les jeux de lumière dans les feuilles d’eau fauve

Le tatouage d’un lotus sur un brin d’herbe

Les gens et les choses cousus fin par la pluie

Les parcelles de silence parsemées au cœur des choses

Réponse : Le produit imprévisible de notre imagination

Question : L’enterrement des mots

 

L’image d’un nuage dans un coquillage

 

23/03/2018

l'oeil & la plume... l'assèchement du Zuiderzee ( fragment I )

asticot04B2B2.jpg
texte de werner lambersy                                                                                                              collage  jlmi  2013
 

Les insectes

Seront notre tombe

La plus durable

 

Dispersion

Retour vers dedans

 

Cendres

Pour d’autres

Qui veulent rendre

 

Au feu

Ce qu’ils ont pris à

La lumière

 

Enfants

Ne craignez pas

L’instant de mourir

 

Comme la mer

C’est une comptine

Sans paroles

 

Dont l’air

Est su dès le ventre

Où vous nagiez

 

l'assèchement du Zuiderzee vient de paraître aux éditions Rhubarbe