Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2017

l'oeil & la plume... baiser avec amour phase III

lenore+linda.jpg
texte de Lenore Kandel       collage jlmi 2014 ( dessin de Linda Zacks + photo de Lenore Kandel par Isaac Hernandez)

 

 

baiser avec amour
aimer avec toute la chaleur et la sauvagerie de la baise
la fièvre de ta bouche dévorant tous mes secrets et mes alibis
me laissant pure        brûlée dans l'oubli
la douceur      INSUPPORTABLE
        bouche        touchant à peine        bouche

                        téton à téton nous nous sommes touchés
                        et fumes pétrifiés
                        par un flux d'énergie
                        au-delà de tout ce que j'ai jamais connu

                        nous nous sommes TOUCHÉS !

                        et deux jours plus tard
                        ma main étreignant ta bite dégoulinante de sperme
                        ENCORE !

                        l'énergie
                        indescriptible
                        presque      insupportable

la barrière du noumène-phénomène
        transcendé
le cercle      momentanément complet
                                                        l'équilibre des forces
                                                                  parfait
                        allongés ensemble, nos corps se glissant dans l'amour
                        qui ne s'est jamais échappé
                        j'embrasse ton épaule et elle empeste le désir
                        le désir des anges érotiques baisant les étoiles
                        et criant leur joie insatiable à travers le paradis                     
                        le désir des comètes entrant en collision dans l'hystérie céleste
                        le désir des déités hermaphrodites se faisant
                        des choses inconcevables l'une à l'autre et
                        HURLANT DE PLAISIR à travers l'univers entier
                                                                                               et au-delà
                        et nous sommes allongés ensemble, nos corps humides et brûlants, et
                        nous PLEURONS    nous PLEURONS    nous PLEURONS les larmes incroyables
                        que les saints et les hommes sacrés ont versé en présence
                        de leurs propres dieux incandescents

                j'ai murmuré l'amour dans chaque orifice de ton corps
                            comme tu l'as fait
                                  en moi

mon corps entier se transforme en une conbouche
    mes orteils mes mains mon ventre ma poitrine mon épaule mes yeux
    tu me baises continuellement        avec ta langue tu regardes
                    avec tes mots avec ta présence

                nous nous transformons
                nous sommes aussi doux et chauds et tremblants
                qu'un papillon doré nouveau venu

                      l'énergie
                      indescriptible
                      presque      insupportable

la nuit          quelquefois        je vois nos corps luire

 

to fuck with love

to love with all the heat and wild of fuck

the fever of your mouth devouring all my secrets and my alibis

leaving me pure  burned into oblivion

the sweetness UNENDURABLE

         mouth     barely touching    mouth

 

                      nipple to nipple we touched

                      and were transfixed

                      by a flow of energy

                      beyond anything I have ever known

 

                      we touched

 

                      and two days later

                      my hand embracing your semen-dripping cock

                      AGAIN!

 

                      the energy

                      indescribable

                      almost   unendurable

 

the barrier of noumenon-phenomenon

          transcended

the circle     momentarily complete

                                                     the balance of forces

                                                            perfect

 

                      lying together, our bodies slipping into love

                      that never have slipped out

                      I kiss your shoulder and it reeks of lust

                      the lust of erotic angels fucking the stars

 

and shouting their insatiable joy over heaven

                      the lust of comets colliding in celestial hysteria

                      the lust of hermaphroditic deities doing

                      inconceivable things to each other and 

                      SCREAMING DELIGHT over the entire universe

                                                                                         and beyond

                      and we lie together, our bodies wet and burning, and

                      we WEEP    we WEEP   we WEEP the incredible tears

                      that saints and holy men shed in the presence

                      of their own incandescent gods

 

I have whispered love into every orifice of your body

                      as you have done

                               to me

 

my whole body is turning into a cuntmouth

 my toes my hands my belly my breasts my shoulders my eyes

 you fuck me continually   with your tongue you look

                      with your words with your presence

                      we are transmuting

                      we are as soft and warm and trembling

                      as a new gold butterfly

 

                              the energy

                              indescribable

                              almost      unendurable

 

at night     sometimes     I see our bodies glow

 

 

trad lunique (L'Unique, de peau et de chair ; L'Unique, qui sait que l'amour la poésie et la révolte c'est pareil  )

http://endehors.net/news/lenore-kandel-poetesse-immense-e...

 

un grand merci à lunique

 

 

28/05/2017

l'oeil & la plume... accro aux barbelés

 

F dsc04178.jpg
texte de fanny sheper                                                                  sur "banlieue" de jlmi  2009

 

 

 

Accro aux barbelés

Fil de fer aux araignées griffues

C’est ici que je traverse quand je vais te voir

C’est ici qu’on s’affranchit de la terre

C’est ici, que l’on traverse

Que les barreaux deviennent atmosphère.

C’est là que je m’écorche les doigts

Pour mieux t’entendre quand je suis trop bas.

Derrière la clôture acérée

Il y a tout ce qu’il n’y a pas ici.

Il a des bourrasques superbes

Qui éclatent folles dans des cieux libres. 

Il y a des aubes claires comme des rivières

On voit nos plumes plastiques,

Abandonnées sur le fil,

Nos petites tenues déchirées encore accrochées. 

Traces de nos évasions radieuses. 

Traces de nos corps enchevêtrés dans les barbelés

Eraflures qui nous donnent

Un plaisir étrange et mélancolique. 

C’est le rencard des rêveurs accros

Qui se bécotent entre les ronces rouillés. 

Il faut les voir s’enrouler comme des poissons avant d’éclore. 

C’est là qu’on perce la réalité d’un seul plongeon

Qu’on largue ses débris d’enclumes

C’est là qu’on tombe amoureux de la fuite

Et c’est pour ça que je t’aime autant que mon évasion. 

Barbelé aux araignées de limailles,

Tu m’as appris la liberté.

 

 

26/05/2017

l'oeil & la plume... la vengeance de la fille à la bouche en forme de cœur

revanche01.jpg
texte de vincent                                                                                                                   collage  jlmi  2014
 
 

Et voilà, la fille avec sa bouche en forme de cœur

m’a mis au pas, s’est vengée,

 

        - tu as eu ta chance, Vince, je t’avais prévenu

 

 moi j’avais choisi l’alcool ce soir là, et maintenant elle s’endort

        à côté de moi, dans mes draps bleus, mais pas le droit de la toucher,

que veux-tu que je fasse ? je ne vais pas la violer, je devrai peut-être y songer un instant

        mais je ne suis pas de ceux-là,

j’ai eu ma chance j’ai perdu

la dague dans mon flanc, je l’ai planté là tout seul !

 

        je suis à ses côtés, et je sais bien qu’elle va

s’enfuir et moi je vais la regarder faire, et la nuit devient froide

        et je regrette de ne pas avoir bu, il y a des instants où

        je sais pourquoi je me tue, pourquoi je me noie

 

        - j’ai toujours aimé ton jeu, je t’ai laissé faire, tu es

                dangereuse,

 

elle rit et jubile, une partie de moi aussi s’amuse de ça

que veux-tu que je fasse ? c’est aussi une amie qui accourt

        dès qu’elle apprend mes douleurs, on doit prendre

soin des amis, ceux-là sont si rares,

que veux tu que je

fasse ? son rire sonne clair et

il y existe quelque chose de libre et d’incontrôlable en elle, je ne veux

        pas être celui, qui brisera cela

 

au matin je la laisse à sa voiture, lorsque je rentre,

        je sais déjà, que je dois me guérir,

j’ai toujours préféré en avoir une à qui penser,

        mais je sais aussi quand elles s’approchent de trop près

 

voilà donc revenu le moment de me transformer à nouveau

        en coquille vide, pas de sentiments, juste un cœur

qui sonne creux,  juste de la glace là où jadis vivait un volcan

        et il restera, un goût de cendres dans ma bouche,

        le sourd désir de ronger mes veines, alors

dehors j’irai boire jusqu’à tomber, boire jusqu’à ressentir quelque chose

de la douleur ou de la rage,

et je ferai tout pour éloigner les sourires et les regards des amoureuses

        et je rentrerai pour m’endormir en hurlant, l’âme clouée

en croix, sur les murs sordides de mon existence