Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2017

l'oeil & la plume... Adieu Paris !

paris4avec lune.jpg
texte de cathy garcia                                                               photocollage  "adieu Paris !"  jlmi  2013

 

Adieu Paris !

 

On se reverra bien un jour

Et d'autres jours encore

Mais pour l'instant, ô Paris

Vois comme je te fuis !

 

Oh, mais si, j'ai très bien compris

Tout l'amour dont tu portes les fruits

Mais vois-tu le temps a passé

Et ces fruits là ont bien pourri

 

Allez la belle, fais un effort, souris un peu

Aux touristes rêveurs du Paris d'autrefois

Moi je te laisse à tes tours dressées

Tous ces hymnes bidon à la modernité

Je te laisse sous tes lambeaux de ciel

Teint crachat sur vitre sale

Et à tous ceux qui pris au piège

Crapahutent chaque jour

Dans tes entrailles puantes

Paris incontinente

Toutes ces fourmis pressées

Sous leurs masques mutants

Irradiés avant l'heure

Paris, tu n'as plus de place

Pour accueillir l'amour !

 

Regarde ! Pour toi la vermine

Revêt ses plus beaux atours

Il est bientôt l'heure

Du lâcher de vautours

Paris rongée, fumées acides

Et moisissures d’ennui

Les rats malins te guettent

Ils pullulent tout au fond

De tes veines bétonnées

Où la pauvre Seine traîne

Ses flots empoisonnés

 

Et je m’étonne encore

De toutes les mouettes

Qui viennent s'y encanailler

Assez pour qu'elles en oublient

De retourner à la mer

Mais moi, Paris, tu vois

Je suis partie !

21/06/2017

l'oeil & la plume... L’instant unique de l’évaporation de la tête dans l’oreiller

 

dreamorama.jpg
texte & toile de jlmi  2004

 

Le rêve en attente jusqu’à l’ivresse  pour vivre sa vie de rêve 

La voie du phénomène vibratoire d’une rue

L’instant unique de l’évaporation de la tête dans l’oreiller

Le deuxième étage du monde comme verroterie du salut

Le suicide comme un raccourci vers l’action révoltée

Les visages noyés de l’intérieur par la fonte des glaces

La solitude juste à portée de la main en train de se tendre

L’odeur de l’interdit comme partie intégrante de l’existence

La vague accepte dans son déferlement la beauté qu’elle ne voit pas

L’enfant de l’orage pas étonné de s’entendre grandir

Les chiens endormis au coin de ma cervelle

La chute vertigineuse dans le tourbillon du Temps

Le délire dément du don non démenti du ‘’Dharma’’ de JK

La profondeur solide de la pierre musicale d’un escalier liquide

La question : est-ce que les chauve-souris… dans les cheveux…

La réponse : si on tourne en rond, on n’arrive jamais

Le cauchemar de tableau noir d’une ardoise dans un bar

L’air cru de froid malgré un feu de pierres noires à l’odeur assoiffante

La question : dis moi ce que tu dois…

La réponse : mon âme contre un peu de liquide

Les spectres en suspens, demande subliminale de laideur

La réponse : Parfois oui. Souvent non !

La question : tout périra y compris les périls…

L’escalier liquide au rivage inégal où l’humain apocalypse

Les échelles volantes pour ambuler dans les heures mortes

La soudaine pulsation désordonnée de l’artère humérale ou du nerf médian – va savoir - à l’antérieur du coude gauche

Le destin fossoyeur de l’intemporalité du temps

Les équinoxes équivoques des soleils de silence

La réponse : en des errances de déshérences urbaines

La question : l’ailleurs …

Le refuge en terre masaï d’Edgar Allan Poë

Le germe de perversion des nuages constructeurs de bateaux

L’empathie d’une grande goulée de blanc gommé

La réponse : du semblable au semblable

La question : d’aujourd’hui à demain…

 

19/06/2017

l'oeil & la plume... sang d'encre

sang d'encre.jpg
texte de jlmi                                                                                                sur sang d'encre  de isabelle le gouic  2010
 

 

 

Oui, comme ça, au premier regard, on pourrait dire que ce sont des antennes dressées dans l’entre deux, cette zone des esprits, des secrets des univers, des… et seuls ceux qui en captent la fréquence et jouent de la bande passante peuvent comprendre et lors en sourire car ils sont protégés.

 

Mais vous, oui vous, qui ne percevez que de simples hachures, simples traits d’encre noire sur papier blanc. Pauvres de vous, je ne donne pas cher de votre santé mentale !

 

Oui, car il y en a à se faire un Sang d’Encre face à ces Totems aux multis’yeux en charge de la protection des Gens & des Biens du Village des Chasseurs de Chimères, les Bienheureux, les Béats, tous ces ‘’misérables-non-rentables’’, ces Bâtisseurs de Cathédrales aériennes, ces Charpentiers de Vaisseaux fantômes, ces Touilleurs d’encre ou de peinture, d’images ou de mots.

Alors en vérité je vous le dit, regardez-les bien ces Totems… & bonne chance pour le Voyage.