Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/06/2018

l'oeil & la plume... fardée d'écueils

linda zacks (2).jpg
texte de bruno toméra                                                                                ill © courtesy linda zacks

 

 

Fardée d’écueils des marées déniaisées

Elle balance névrotique

Ses seins épileptiques

Ses seins sacrilèges en sortilège

Reggae.

Insouciante nymphette blanche,

Tête entrelacée d’acide luminosité,

convulsée

Sur des Uts salés.

Fraîche anoxie,

Alourdie d’air, suffoquée,

L’emplit de vive vie.

Les cheveux s’envolent

Guirlandes lianes

Blondes et folles

Pieds nus sursautés

Staccato rythmé

De gazelle constellation effrayée

Par le chasseur Rasta ravi

Broyant méthodique

Des vibrations

Basses uniques

A coup de bonheur d’autres corps

Qui se déhanchent entre la vie et la

mort

Et nymphette blanche danse et jouit

Et crie

- OUI...Oui... Entre, entre... Entre, la

vie.

 

 

16/06/2018

l'oeil & la plume... poème d’amour, mon cul !

 amourmonculcontrast.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                                       ill. jlmi 2017

 

 

Comme des gifles au cœur

Des portes qui claquent

Des rongeurs qui rongent

Des vitres qui éclatent

Comme des marteaux

Des scies, des tourneviscères

Comme un grand cube de béton

Logé dans le plexus

Comme une pièce de boulevard raté

Un dialogue de dingues sans folie

Une horloge montée à l’envers

Qui vomit ses aiguilles

Une crotte sur un camembert

Une polka de culbutos sans musique

Une tristesse à crépir le ciel

Un vide, un bide

Une placo-comédie

Un kleenex plein de morve

Un poème d’amour, mon cul !

 

extrait de Le baume et le pire (inédit)

 

clin d'oeil à l'auteure en ce jour particulier 

 

 

 

15/06/2018

l'oeil & la plume... écoute !

écoute  small.jpg
texte de murièle modély                                                                                                                   ill. jlmi 2017

 

 

écoute
fourre-toi ça dans l'oreille
la gauche, la droite, tu peux
me déshabiller, me rhabiller
montrer mes seins, mon cul
ma rate
poser un voile
pudique sur ma chair hachurée
vas-y, tu peux
décider, disposer, de mon corps, de ma tête
de ma bouche, de mes lettres
dis-le, écris-le, mon cerveau est à toi
tu le penses et le crois
tu sais mieux, tu sais plus
dans ton costume trois pièces
dans ton carnet de chèques
dans ton très grand bureau
et ta langue est habile
pour te mouiller le doigt
pour compter, recompter
les pages du livre, le fric
écoute-moi
fourre-toi ça dans les yeux
ma peau
ma lymphe
ma matière molle
tu sais, cette chair élastique
tu pourras la couper en tout petits morceaux
me pendre au bout d'une branche
exposer en sucette
publicitaire
ma raie et mes tétons
vas-y mon gars
vas-y, fais toi plaisir
passe le moindre de mes centimètres
à la moulinette
tu n'as rien d'autre à faire, tu auras beau y faire
je reste encore
encore
moi
syllabe unique
impossible
moi
arête tranchante
en travers de ta gorge