Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2017

l'oeil & la plume... plaisir

Brassai.jpg
texte de né-khô                                                                                                                          photo Brassaï 1933
 

 

 

Dans un moment de pure extase

Elle a dit oui

Elle lui a cédé

Tant de luttes, de frustrations

Balayées d’un coup !

Pleine de tendresse

Elle le sent, le caresse

De ses lèvres, de sa langue,

Elle le parcourt.

Il est chaud, onctueux, presque sucré. 

Alanguie de bonheur

Elle en ferme les yeux pour mieux le savourer.

Elle ne pouvait imaginer instants plus jouissifs 

Pour quelles fausses raisons, quels mauvais prétextes 

A-t-elle écouté pendant si longtemps l’interdit ?

Les bonnes résolutions

Les conseils avisés des amies ( ?)

Bye bye

C’est si bon de se damner

Pour un petit carré  

 

de chocolat !

 

23/12/2017

l'oreille d'un sourd... Valerie June & John Forte

 

22/12/2017

l'oeil & la plume... pars ! fuis ! file !

Sans titre-1.jpg
texte & illustration jean-louis millet

 

Fils de Jana l’Illuminée - forêt-femme affamée diffamée, baveuse de mots sages et poreux, cocotte en papier fouillant son tas d’immondices à la recherche de rêves jamais rêvés  - tout ton monde disparaît sous une neige aux relents de formol. C’est comme un lent glissement vers un bocal de verre sur une mer d’argent fauve, parfois mauve, friable, saccadé. 

 

Pars !

Tant qu’il est encore temps, pars !

Cours attraper le vent et ses psalmodies chauves,

avant qu’esprit lavé et corps_rompu tu n’abdiques.

 

Fuis,

cette république de ‘’vend-du-vent’’

cette république de roman-photos

des professeurs de (petite) vertu

Fuis ce peuple muet

dont seuls les yeux vivent

devant leur écrans plats

comme leurs encéphalo(µ)grammes.

 


Fuis,

sans personne, 

abandonne ce sac noir d’ennui,

sans air, sans issue,

ce chaos à gerber des gerberas jaunes,

avant que ta pâle raison ne s’envole

et que cogne ton cœur en sueur, moteur rageur aux fleurs en pleurs.

 

File,

et dans les rues écoute

G’ n’ R’ frapper
à coups de riffs d’enfer

aux portes du paradis

de Bob D. …
 

… Pars ! Fuis ! File !

Juste à l’aventure

Juste à la vie.

Ta vie…