Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2019

le corps, l'oeil & la plume... Carolyn Carlson

 

 

18/02/2019

l'oeil & la plume... dans les relents de la cantine

la serveuse.jpg
texte de pierre seghers                                                                                                                        ill. anonyme*
 
 

 Dans les relents d’une cantine, dans la sciure et le vin rouge

la serveuse regarde parfois d’étranges figures qui bougent

 

Elle voit à même le sol des drapeaux de toutes les couleurs

mêlés et déchirés, les soldats n’y reconnaissent plus les leurs

 

Elle efface à coup de wassingue tout ce qui reste des armées

pour que le carrelage brille, puis elle s’en va, désarmée

 

dans la cuisine, astiquer le percolateur. Elle s’y voit

laide, avec de longues dents et de gros doigts.

 

Un jour, un garçon qui peignait de grande fresque dans la salle 

-- un artiste-peintre, au régiment, ça barbouille, là où on l’installe

 

lui a dit : «  Tu n’as pas changé. La même depuis 48, sur les

barricades, tu t’en souviens ? ». Il s’est mis à peindre plus vite,

 

une femme qui brandissait un drapeau et chantait. C’était drôle

ce bras tendu, ce curieux bonnet, ces épaules

 

où elle se retrouvait jadis, rien qu’un instant, rien qu’un instant

dans les relents de la cantine, près du soldat lui souriant…

 

* si vous connaissez l'auteur de l'illustration, merci de me le faire savoir par les commentaires, d'avance, merci

17/02/2019

l’oeil & la plume... Rêve-Ô-lution

reve o lution 04contrastcarré.jpg
texte de cathy garcia                                                                                                                     collage  jlmi  2014
 

Rêve-ô-lution

Aux feux aux drapeaux aux barricades de sable

Au vermeil du nectar répandu sous les tables

Aux enfants qui tombent pour l’amour d’une idée

 

Rêve-ô-lution

Aux discours exaltés aux masses soulevées

Au courage de ceux que tu hisses au pinacle

À la splendeur et la grandeur du défilé

 

Rêve-ô-lution

Qu’ils ne trahiront pas les leurs les tiens

Que gloire gain pouvoir

N’auront pour eux ni saveur ni attrait

 

Rêve-ô-lution

Que les enfants des disparus sous les bombes la mitraille

Sous les tanks sous les pierres tèteront le sein de ta gloire

Salueront l’arbitraire avec leurs morts piqués

Sur le cœur comme des médailles

 

Rêve-ô-lution

Que ta chanson ne soit jamais corrompue détournée

Rachetée revendue rêve ô rêve

Que les hommes n’y préfèrent

L’air mielleux de la lâcheté

 

Rêve-ô-lution

Que tous ceux qui transiteront par tes tribunaux

Y reconnaîtront une justice incorruptible

Hissée à la hauteur d’idéaux dont jamais

Tu n’aurais à rougir

 

Que la simple évocation de ton nom fasse éclore

La grande vérité cette épine à tous les fronts

Que certains s’empresseront

De nommer couronne

 

Rêve-ô-lution

Au nom du peuple

Rêve et amuse la cour

Chante-ô-lution

Et trinquons à nos rêves

De joyeux bouffons

 

extrait de Pandémonium  II