Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2017

l’œil subtil ... Miss Tic

 

28/04/2017

l'oeil & la plume... sur la route

vague route neg.jpg
texte de murièle modély                                                                                                   photos détournées  jlmi  2013


ça bruisse ça vocifère
ça freine ça accélère
je marche
 
ça viole ça énuclée
ça gifle ça éviscère
je borne
 
regard ici
regard par là
à droite à gauche
fatras vacarme
ça plombe
 
tant pis
je fends
 
la mer
 

vlcsnap-2012-11-01-12h17m41s31.jpg


 

ce ne sont pas des acouphènes
non, c'est juste la marée
 
les vagues qui clapotent
en cadence dans mon crâne
 
tu causes tu causes
le monde va mal
les tâches concassent
les rêves obèrent
l'amer l'amer
 
mais les galets tapent
dur contre mes os
je deviens sourde
 
ça craque
dedans
dehors
 
sous l'eau
 

vlcsnap-2012-11-01-12h17m31s199.jpg


 
puis soudain
refaisant
surface
mon oeil
s'accroche
aux corps
qui flottent
 
une noire altière
beauté ébène
en robe wax
 
une fillette maigre
mains plaquées sur
un rire flou
 
une femme voilée
aux yeux bleus nuit
qui me sourit
 

vlcsnap-2012-11-01-12h17m57s201.jpg


 

à gauche à droite
mon corps en vrac
 
lente dérive
brûlante fièvre
 
tremblement d'eau
dans les égouts
 
tourbillon bref
peau contre peau

 

27/04/2017

l'oreille & la plume... the Lotus eaters

 

"The Lotus eaters" de Lisa Gerrard & Dead can Dance

par Bruno Toméra sur un envoi de jlmi

 

 

Quand tu m’as envoyé ce lien youtube Dead can dance, je tirais une Chesterfield (on tire ce qu’on peut...) à grandes bouffées de désespoir ( le goudron caramélisé est pas si dégueu que ça...) tu sais que je ne crois plus en grand chose et surtout pas dans l’humain, biologie génétique oblige cette engeance s’est incrustée partout, même là où il fallait pas, faut toujours que ça se répande. Bon la dame chante et me voilà englouti dans la matrice du monde, c’est envoûtant, chaud, mystérieux et pourquoi pas souriant, me voilà dans le propulseur d’électrons à remonter le compte à rebours de la vie avec cette voix à vous envoyer en l’air direction la nanoseconde du grand orgasme de l’univers. Cette mort qui peut danser, on peut donc l’emmener en boite... Quelques jerks techno à son bras avant la dernière bière... Cool mon TaraOOOviste, vraiment cool.