Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2013

le corps, l’oreille & la plume : Henri Oguike vu par jean-louis millet

 


 


 

L’accord parfait.

Dans ce ‘’Second Signal’’, Oguike réussit l’accord parfait entre les tambours traditionnels japonais plus que millénaires et la danse occidentale la plus contemporaine.

Cet accord affleure la perfection jusqu’à la plus infime pulsation vitale.

Cet accord est apical. Un frémissement dans la musique des Sphères.           


C’est l’Homme enfin tout proche de sa réconciliation avec la Terre dans le grand implié/maelström des attouchements & des pulsations/pulsions du Cosmos.

 

plus sur Henri Oguike

17/01/2013

le corps, l'oeil & la plume : Margie Gillis vue par carole saint-louis

 

 

Voir Margie Gillis danser, c’est assurément vivre de grandes émotions.

Sa passion, elle la communique avec tant de sincérité et de fébrilité, tant de dévouement, avec l’assurance de celle qui sait ce qu’elle fait, ce qu’elle est et qui connaît ses limites.

Ses bras, ses jambes, ses longs cheveux, tout participe à l’offrande de la danse.

Lorsqu’on voit son magnifique sourire à la fin d’une chorégraphie, je ne sais pas comment l’on peut résister à l’envie de pleurer. Son sourire est tellement communicatif et désarmant, l’on ressent qu’il est alimenté par la grande sensibilité de cette artiste hors du commun.

Voir Margie Gillis danser, c’est entrer dans un lieu où règne une part de mystère, l’on se tait et se laisse toucher par la beauté qui se dégage de l’expérience, sans chercher à comprendre, ni traduire en mots, ce qui se déroule en soi.


Margie Gillis ?                 Présence, Authenticité & Vérité.

 

 site officiel

MargieGillisDance’s channel

 

09/01/2013

le corps, l'œil & la plume : Joëlle Bouvier & Régis Obadia vus anna jouy

 


L’amour contre


bras corps souffle

épuisement jeu de massacre

relevailles sans naissance

le vide

 

extensions du monde   

et ce recroquevillement au centre

nous un instant

 

déployés- ensemble

et puis rien

plus rien

 

déployés ensemble

plus ensemble

plus  déployés

plus rien


tendues  violences. tu me prends le regard je te rentre dedans

je me jette contre. tes bras n’ouvrent pas ton corps, je me fracasse contre ta chair, je me frappe je m’élance. briseras-tu le mur  arriverais-je dedans ?

mettre mon sang dans le tien  me loger au travers.  passer outre, passer, travers. j’essaie je refais, je m’élance.  j’y vais de ma puissance de ma sueur de ma rage infernale. tu sais que je ne vais pas y parvenir. tu ne peux rien. me recevoir me renvoyer me retenir un peu  pour me faire croire que tu comprends. mais tu ne comprends rien tu es loin , même près tu es loin même loin tu es loin. 

démence de bélier, démence du besoin du désir de nécessité effroyable. avoir part de ton ventre retourner dans ta vie première.  m’envahir de toi. fractions de particules  je cours je bombarde mon désir au cœur des particules. tu es encore de pierre. même tes bras, ton cercle, l’anse.  

Solitude  en rage.

je ne cesserai donc jamais?