Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2013

le corps, l'oeil & la plume : Isadora duncan vue par jlmi

Isadora Duncan !

 

isadora d 01.jpg


La trajectoire d’une comète de la transgression des codes esthétiques et de la morale bourgeoise dans les cieux de la Belle Epoque et des Années Folles dont l’héritage n’est rien moins que la danse telle qu’on la connaît aujourd’hui.

Pour les yeux, les très rares images que l'on ait d'elle. C'est bref, très bref...  une comète, n'est-ce pas ?

 


 

 

 


 

14/02/2013

le corps, l'oeil & la plume : Loïe Fuller vue par cathy garcia

 

 

Je suis tombée un jour, par hasard et en arrêt, sur cette vidéo. Un vieux film muet des Frères Lumière (de 1896) que j'ai cru recolorié, où l'on voyait une danseuse agitant des voiles qui la faisait ressemblait à un papillon, une fleur, c'était beau, étonnant, décalé et le fait que le film soit muet et un peu abimé, renforçait encore cette captivante impression d'étrangeté. Ce que je ne savais pas, c'est qu'en en fait non seulement cette danse était avant-gardiste mais que la danseuse utilisait aussi de nouvelles technologies grâce à l’électricité. Le film, donc, n'était pas recolorié.  

"Dès 1892, (...) La danseuse, vêtue d’une immense robe claire (qui pouvait parfois utiliser plusieurs centaines de mètres de tissu), évoluait sur un fond noir, éclairée par des lumières de couleurs. Des machinistes, placés à différents endroits de la salle, dirigeaient sur elle la lumière d’un projecteur qu’ils tenaient de la main gauche, cependant que, de la droite, ils faisaient tourner un disque de verre divisé en secteurs de couleurs variées. Elle utilisait occasionnellement des miroirs qui renvoyaient son image à l’infini. Cette mise en scène correspondait exactement aux théories optiques contemporaines (celles d’Eugène Chevreul, par exemple) qui inspiraient les peintres de l’avant-garde, les Néo-impressionnistes dont Signac et Seurat, et utilisaient cette nouvelle technologie qu’était l’électricité. (...) Par ailleurs les idées de Fuller révolutionnèrent en partie l’art de la mise en scène dans le music-hall et la danse. Elle déposa un total de dix brevets et copyright, principalement reliés à ses accessoires (sels chimiques) et dispositifs d’éclairage.
"      

Loïe 01.jpg

 

‘’Revêtue d’une longue chemise de soie blanche, elle improvise de grands mouvements pour interpréter une femme sous hypnose. Le public réagit alors spontanément en s’écriant « Un papillon !… Une orchidée !… ». C’est ainsi qu’elle créera sa première chorégraphie, la Danse serpentine, celle proposée sur la vidéo, au Park Theatre de Brooklyn, à New York, le 15 février 1892.’’

 

Son succès ne fut pas éphémère, mais en tant que danseuse elle fut éclipsée en 1902 par Isadora Duncan, sa compatriote, qu’elle contribua à faire connaître en Europe. Malgré une longue et impressionnante carrière, elle fut pratiquement oubliée après sa mort à Paris le 1er janvier 1928.

 

Loïe 07.jpg
                                                                                                                                Loïe Fuller par Toulouse-Lautrec

 

« C’est alors que retentit un rire étrange, crépitant, condensé : celui de la Fée Electricité. Autant que la morphine dans les boudoirs de 1900, elle triomphe à l’Exposition ; elle naît du ciel, comme les vrais rois. Le public rit des mots  « danger de mort » écrits sur les pylônes. Il sait qu’elle guérit tout, l’Electricité, même les névroses à la mode. Elle est le progrès, la poésie des humbles et des riches ; elle prodigue l’illumination ; elle est le grand Signal : elle écrase aussitôt née l’acétylène. A l’Exposition on la jette par les fenêtres. Les femmes sont des fleurs à ampoules. Les fleurs à ampoules sont des femmes. C’est l’électricité qui permet à ces espaliers de feu de grimper le long de la porte monumentale. Le gaz abdique. Les ministères de la rive gauche eux mêmes ont l’air de Loie Fuller. La nuit, des phares balaient le Champ de Mars, le château d’eau ruisselle de couleurs cyclamen ; ce ne sont que retombées vertes, jets orchidée, nénuphars de flammes, orchestrations du feu liquide, débauches de volts et d’ampères. La Seine est violette, gorge de pigeon, sang de boeuf. L’Electricité on l’accumule, on la condense, on la transforme, on la met en bouteilles, on la tend en fils, on l’enroule en bobines, puis on la décharge dans l’eau, sur les fontaines, on l’émancipe sur les toits, on la déchaîne dans les arbres ; c’est le fléau, la religion de 1900. »     Paul Morand

 

En guise de clin d'oeil pour finir je voudrais mettre en parallèle ou plutôt en connivence donc, une photo qui n'a rien à voir. Une photo de Tamaki Obuchi, un japonais né en 1956, qui m'a évoqué aussitôt cette danseuse.

LoïefleurSM.jpg

 Comme quoi les femmes et les fleurs...


 

30/01/2013

le corps, l'oeil & la plume : les pistes du rêve

   

 texte de cathy garcia                          chorégraphié en solo "atmosphérique"
et interprété comme une pièce de butô par séverine delboscq, cie l'essoreuse



Défaire le crépuscule
Glisser dans les reflets renards de ses draps

Fixer l’horizon par des pointes d’améthyste
Le laisser sécher à la lune

Tracer un paysage au fusain de la langue
Compter les brûlis sur la peau
Les innombrables feuillets de nos masques pâles

Regarder fondre la vitre du réel
Ses reflets d’huile sur l’étendue de neige

Le roulis des roseaux
Grand soleil rouge à l’horizon brûlé

La neige est une plage de coquillages nus
Où les serpents marins
Sifflent des inconnues

Naître reconnaître dans les clameurs des sirènes
Les voix balbutiantes des poètes

Songes de sable
Châteaux d’écume
Nager dans leur trouble

En poissons de sang  

 


les pistes du rêve,  extrait du recueil Mystica perdita