Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2013

le corps, l'oeil & la plume : les pistes du rêve

   

 texte de cathy garcia                          chorégraphié en solo "atmosphérique"
et interprété comme une pièce de butô par séverine delboscq, cie l'essoreuse



Défaire le crépuscule
Glisser dans les reflets renards de ses draps

Fixer l’horizon par des pointes d’améthyste
Le laisser sécher à la lune

Tracer un paysage au fusain de la langue
Compter les brûlis sur la peau
Les innombrables feuillets de nos masques pâles

Regarder fondre la vitre du réel
Ses reflets d’huile sur l’étendue de neige

Le roulis des roseaux
Grand soleil rouge à l’horizon brûlé

La neige est une plage de coquillages nus
Où les serpents marins
Sifflent des inconnues

Naître reconnaître dans les clameurs des sirènes
Les voix balbutiantes des poètes

Songes de sable
Châteaux d’écume
Nager dans leur trouble

En poissons de sang  

 


les pistes du rêve,  extrait du recueil Mystica perdita



21/01/2013

le corps, l’oreille & la plume : Henri Oguike vu par jean-louis millet

 


 


 

L’accord parfait.

Dans ce ‘’Second Signal’’, Oguike réussit l’accord parfait entre les tambours traditionnels japonais plus que millénaires et la danse occidentale la plus contemporaine.

Cet accord affleure la perfection jusqu’à la plus infime pulsation vitale.

Cet accord est apical. Un frémissement dans la musique des Sphères.           


C’est l’Homme enfin tout proche de sa réconciliation avec la Terre dans le grand implié/maelström des attouchements & des pulsations/pulsions du Cosmos.

 

plus sur Henri Oguike

17/01/2013

le corps, l'oeil & la plume : Margie Gillis vue par carole saint-louis

 

 

Voir Margie Gillis danser, c’est assurément vivre de grandes émotions.

Sa passion, elle la communique avec tant de sincérité et de fébrilité, tant de dévouement, avec l’assurance de celle qui sait ce qu’elle fait, ce qu’elle est et qui connaît ses limites.

Ses bras, ses jambes, ses longs cheveux, tout participe à l’offrande de la danse.

Lorsqu’on voit son magnifique sourire à la fin d’une chorégraphie, je ne sais pas comment l’on peut résister à l’envie de pleurer. Son sourire est tellement communicatif et désarmant, l’on ressent qu’il est alimenté par la grande sensibilité de cette artiste hors du commun.

Voir Margie Gillis danser, c’est entrer dans un lieu où règne une part de mystère, l’on se tait et se laisse toucher par la beauté qui se dégage de l’expérience, sans chercher à comprendre, ni traduire en mots, ce qui se déroule en soi.


Margie Gillis ?                 Présence, Authenticité & Vérité.

 

 site officiel

MargieGillisDance’s channel