Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2017

l'oeil & la plume... Ryoan ji Blues

bonsaï.jpg
texte & ill. jlmi

 

I

 

Au milieu du sanctuaire,

par un jour de pluie,

le Bouddha resplendit

sous un grand chapeau de femme.

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Toutes ses veines balbutient

sous la peau parchemin.

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un peintre dont la vue s’obscurcit,

paupières qui palpitent, peint

en rides runiques

un résineux, épis bleu violet

dans les rochers nus ;

image qui bouge dans le pinceau souvenirs.

Le goyo matsu,

n’a de couleur ni ancienne ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… une cloche de bambou claquette

la caresse d’un souffle.

 

 

Murmure de mots interdits à l’oreille,

des dormeurs qui vécurent,

béquilles de brume fondues,

tout est beau dans la pénombre.

 

La hache et le coin…

Répondre ? …

Depuis toujours les oiseaux ont peur des chutes de pierre.

 

*****

 

II

 

Au milieu du sanctuaire

par une nuit de pleine lune,

le Bouddha sourit

des larmes de lotus.

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Dans l’ombre sombre du dojo

plus rien ne vit.

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un peintre a éteint l’éclat

de ses yeux las

sans déranger une étoile.

En contre-point de ses encres

du linge sèche.

Les aquarelles de lumière

ne se font plus que sur les pierres du jardin

qui n’ont de couleur ni ancienne, ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… au kansaï hibachi, le charbon de bois rougeoie

l’éclat d’un rêve.

 

Murmure des mots d’accès aux univers

sans fin, réservoirs sans fond

d’éternité pour jours ultimes

sous la protection du silence.

 

Le fluant et l’immuable…

Répondre ?

 

Depuis toujours les pierres ont peur des chutes d’oiseaux.

 

 

****

 

III

 

 

Au milieu du sanctuaire

par un jour plein de nuit

le Bouddha se rit

de l’offense d’une fiente

 

Extrême gravité du bonze en zazen,

du silence sur les mains.

Son fleuve passe

sous le pont des brouillards

 

Sur la terrasse

de teck du temple

un vieil aveugle

assis, immobile

fixe le jardin

de ses yeux blanchis.

Le chant des sphères lui raconte

les 7 couleurs à  quoi penser.

Mais seules sont ses encres

qui n’ont de couleur ni ancienne, ni moderne.

 

Poésie du bonsaï bunjingi

nu derrière la fenêtre…

… par bribes, un mantra

récité d’une voix gutturale.

 

Murmure de mots immortels

qui n’ont jamais existé

qu’ici et maintenant.

Plus de langage, rien.

 

Le trait ou la page

Répondre ?

 

Depuis toujours les oiseaux de pierres ont peur des chutes.

 

***.

 

bunjingi : forme de bonsaï dite du lettré (la plante de l'illustration n'a pas cette forme)

dojo : salle

goyo matsu : pinus pentaphilla, pin

kansaï hibachi : brasero de la région de Kyoto

zazen : position assise de méditation

 

 

Les commentaires sont fermés.