Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2014

l'oeil & la plume : 1971

1971-02.jpg
texte de Gerty Dambury                                                                                                              collage  jlmi  2014

 

 

C’est le début et c’est la fin.
Butée.
Ta voix dans ce combiné
Trop lourd. Bakélite noire.
Dehors un soleil à regretter déjà.

Une chanson-flirt-film et fin.
En lettres capitales.
Love story
En ce temps-là, j’étais Ali McGraw
Tu n’étais pas Ryan O’Neal

Figure d’écran prend son envol
L’avion décolle vers d’autres réels.
Je vous laisse-là,
Vous, ma terre, mon île,
ma ville en construction et ses poussières.

Huit heures plus tard
votre absence m’explose le corps
sous un soleil qui refuse de se retirer
Une nuit infinie s’étend
sur ce mois d’août en pays tempéré.

Je ne suis plus Ali McGraw.
C’est le début et c’est la fin.
Plus de cinéma, tout est bien vrai.
Les murs rétrécissent
Une pièce et demi pour neuf

Nos samedis n’ont jamais été si
familiaux. Notre mère au centre
Rien là-dedans n’est familier.
Les uns contre les autres.
Besoin de se réchauffer, de se connaître.

Musiques haïtiennes
Lari Zabim nous rattrape
Man Baliko ouvre les fenêtres
vers un passé que j’accroche
à chaque pore, à chaque souffle.

La nostalgie chante son signal.
Les souvenirs se précipitent.

 

Courtesy biennale des poetes

Sera là lors de notre semaine Poètes des Caraïbes du 24 mai au 1er juin 2014

 

 

30/03/2014

l'oeil & la plume : en traversant le pays des morts

 

André Laude 06sm.jpg

manuscrit de andré laude

 

 

En traversant le pays des morts

En traversant le pays des morts

en route vers Aden les terres d’Arthur Rimbaud.

Je suce mes doigts à cause de la soif

de la malaria, du cancer des os.

Je songe à la Bretagne,

aux femmes aux hautes coiffes.

Je songe aux piroguiers du fleuve Zaïre.

Je songe aux oiseaux bariolés d’Amazonie.

Je songe au sexe chaud de l’indienne

à la tombée de la nuit.

Je songe à une espèce de poème

déclamé par un fou de génie

qui ferait taire les perroquets verts.

 

Source  http://www.larevuedesressources.org/des-poemes-d-andre-laude,062.html

 

29/03/2014

l’œil subtil : Tara Donovan

merci à cg pour la découverte de cette artiste