Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2012

l'oeil, l'oreille & la plume : 4 minutes

 

vlcsnap-289979.png


Son regard hésite entre la haine et la peur.

Elle est épuisée, le souffle court, animal traqué, assise sur le clavier du piano de concert, au centre de la scène du Deutsche Oper.

Elle vient d’interpréter sa partition de Schumann mais elle l’a emplie de rage et d’amour en des improvisations échevelées, vannes de l’âme grandes ouvertes.

Quatre minutes d’émotion pure.



Une chape de silence tombe sur les dernières résonances d’un coup de poing rageur sur les graves. Le public est sonné par le flot de musique brute que Jenny vient de lui asséner, et reste pétrifié ; hésitant sur la réaction à avoir face à ce génial ovni.

Jenny, enfant prodige brisée par la vie depuis que son père a abusé d’elle à la fin d’un concert à New-York lorsqu’elle avait treize ans et que plus tard son compagnon a abandonné enceinte avec la responsabilité d’un crime abominable qu’elle n’a pas commis. Le système carcéral a parachevé cette descente aux enfers en refusant la césarienne qui aurait sauvé son enfant. Elle n’est que haine et indifférence au monde. « Capable de piquer les clopes d’une morte » disent entre-elles à voix basses ses co-détenues.

Elle s’est évadée de prison il y a deux, trois heures à peine, grâce à son maître de musique, Fraü Krüger ; une artiste aux rêves brisés il y a longtemps, la guerre…aujourd’hui bénévole sévère et froide tentant d’apporter « un peu de beau » dans cet univers sombre, car seul le Beau l’émeut, la soutient.

Une évasion juste pour participer à ce grand concours national des jeunes talents du Deutsche Oper dont Jenny occupe maintenant le centre de la scène.

 Jenny attend. Le temps est lent.

L’ovation se déclenche, soudaine, jubilatoire, immense…

 

…Fraü Krüger  sera au balcon.

Leurs regards se croiseront.

Elles se verront enfin

le maître la main sur les lèvres esquissera un geste de tendresse,

 Jenny adoucira son masque puis,lente, plongera dans une ample révérence.

 

Une escouade de policiers surgira alors des coulisses pour maîtriser ‘’le fauve’’…



sur Vier Minuten, un film de Chris Kraus
musique de Annette Focks
avec
Monica Bleibtreu : Traude Krüger
Hannah Herzsprung : Jenny von Loeben

 


oOoOo




Vier Minuten - Quatre Minutes - Piano par placebogirl94



Commentaires

ce choix de texte de musique, d'images : si parfaitement ce qui t'unit à l'art

Écrit par : annaj | 22/10/2012

d'art en art... le titre d'un certain film japonais au sujet effleuré serait le bienvenu... il faut toujours diversifier ses chemins de traverse.

Écrit par : jl | 22/10/2012

titre de film: like someone in love /

Écrit par : annaj | 22/10/2012

puissant, tres, je ne connaissais pas, merci `

Écrit par : Kti | 23/10/2012

Les commentaires sont fermés.