Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

l'oeil & la plume : le désespoir du singe

araucaria recadrcontrast.jpg
texte de murièle modély                                                                                         collage  jlmi  2014
 

 

 

Il est à la fenêtre
dos à la lumière

Il lui demande
si elle s’ennuie

En bas, c’est la fête
des rires étouffés escaladent le mur
de sonnailles juvéniles et de faux carnavals


Il lui demande
si elle entend

Ce bonheur qui monte
agrippé aux lézardes

Si elle sent cette odeur
qui filtre entre les branches

Si elle aperçoit sous l’arbre
la jeunesse qui file

Si elle discerne au loin
les hormones qui passent

Dans les poignées de poils
cet impérieux trop plein

Il lui demande


Elle n’entend rien
que l’araucaria

qui dépiaute le monde
de ses épines tendres

Elle devine en cillant
son visage un peu mou

Sous les aiguilles fines
des humeurs assassines

Elle distingue le flot
de couleurs qui bavent

Et dans l’ombre qui baigne
la pièce de ses feuilles

elle sent sur sa joue
la virgule


Elle murmure
« Je suis vide comme une vieille seringue »

Il lui répond à contre-jour
« Pas que »

 

Commentaires

superbe extrait de "Rester debout au milieu du trottoir", paru cette année chez Contre Ciel, voir http://cathygarcia.hautetfort.com/archive/2014/04/19/rester-debout-au-milieu-du-trottoir-de-muriele-modely-5350657.html

Écrit par : Cathy | 09/06/2014

et je reconnais l'arbre ;-)

Écrit par : Cathy | 09/06/2014

merci Jean Louis pour ce rebond sur ta toile :)

Écrit par : mu | 10/06/2014

Les commentaires sont fermés.