Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2013

l'oeil & la plume : Mettons que je n’ai rien dit

bar+alcoolo+phaco.jpg
texte de ben arès                                                                                                                        collage de jlmi  2013

 

Revenons-en à nos moutons mon boulot au bar Le Phacochère, mon quotidien authentique. Pour être plus précise, aux remontrances des licenciés en songes et ivrogneries, aux saint-frusquins, tapages et carnages des assidus petits gros zizis, aux déballages de charcuteries des maîtres de céans, aux “Taïaut, taïaut” ou les chasses aux beaux gosses que je me farcis à longueur de journées. Pas piquées des vers. Et la liste des personnages est longue. Les scènes redondantes. Entre belottes, coups de gueule et jeux de boule. Entre les déboires de Roger Lapin, Bobby Divorce, et Michel Boudin. Entre les insultes de Djamel Tientonâme, Hubert Delaglose et Raymond Toujouraison. Les chaises volent parfois haut. Au détriment des idées courtes. J’écoute distraitement en allant et venant des pauvres mots, des vanités qui ne collent pas aux piètres, aux goujats et aux faunes. Je passe l’éponge, débarrasse, ramasse les verres cassés ou les tessons des Tontons troubles. J’entends les exploits des virilités qui ne prennent pas la peine d’y introduire l’humour. J’entends des bribes de discours tournant toujours autour du même couplet la catastrophe du pays, la faute à l’imbécillité des autochtones. Confinés dans cette vision cet engrenage-là, ils clament des salades et des fromages, des cotes d’amour sur le bon dos de leur innocence. Ils ventent à sens unique l’apport des exploitants de jadis sinon le respect, qui semble aujourd’hui justifier tout leur mépris et toutes leurs arrogances. Dans le pur déni des crimes les plus infects. En passant la commande. En dissertant sur la nécessité de l’ordre la seule issue et le bon sens des anciennes corvées en leur beau pays ! Heureusement, je ne prends rien sur moi. Ça glisse et je suis bien loin d’attrapper un cancer du colon quand je les vois se morfondre ou s’alanguir à palper se faire passer une poupée gonflable et s’inventer la bonne morale bonne conduite à la place du singe. 

Mettons que je n’ai rien dit puisque le client est roi ! Mettons que je suis confuse face à ces hommes que je sers,  missionnaires de civisme et d’évolution convaincus, adjudants chefs, rois du pétrole et de chasseresses sur le qui-vive. Et je croise des yeux complices qui en savent long au sujet de ces bouffons-là, et qui me réconfortent en me faisant comprendre que tout ça n’est rien, que c’est du bruit, qu’il faut s’y faire, que c’est du bruit que font ces mots de l’espèce humaine. Et je souris avec lui, moi qui ne suis pas née de la dernière pluie...


extrait de la nouvelle "Mettons que je n’ai rien dit"  publiée dans la revue Nouveaux délits N°46.  Merci à l'auteur et à Cathy Garcia.


Commentaires

L'univers glauque des bars ... Très belle évocation, il ne manque que l'odeur et la fumée !
Lo

Écrit par : lo | 14/10/2013

peut-être faut-il préciser, cela se passe à Madagascar, ceci expliquant cela...

Écrit par : Cathy | 14/10/2013

Les commentaires sont fermés.