Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2013

l'oeil & la plume : Psychorama holographique IV

les idoles 01.jpg

texte & photocollage de jlmi

 

 

i.m.  PG                

 

L’univers, jamais terminé jamais commencé

Réponse : au commencement il n’y avait pas de temps !

Question : au commencement le temps était déjà là ?

Le rêve lucide d’une dissolution poudreuse dans l’atmosphère

Réponse : disposer de soi

Question : le privilège de l’homme ?

La peur de perdre la main face à la mort

L’absence à soi-même ; comment donner un sens à cette inévitable issue ?

Les états latents d’un espoir inespéré

Le lent effondrement du désir de la lutte dans le vieillissement du corps

L’acceptation de la vieillesse naissante dans l’attente de l’incontournable labyrinthe de la déchéance physique

Le long sillage des débris de la vie

Le vieillard en costume de cotonnade noir au pied du lit-cauchemar

Le cri coincé à l’intérieur du corps

Le peu de vie encore égarée là tout au creux à vider au plus vite, pour que tout ça finisse

L’assombrissement de la lumière

Le temps suspendu juste, tout juste avant l’incontournable

Le moment précis de la surprise du bout de la course

Le dernier saut dans l’éboulis avant la défaite et l’oubli

Réponse : la mort

Question : seule à la portée de tous ?

L’immense procession des passés par la vie sous les lampadaires à luminescence de la rue Aux-Yeux-Morts

Le grand camp des allongés et son jardin de stèles et de croix

La situation universelle de nos chers disparus

La tristesse sanglotée dans la boule d’un mouchoir

La floculation des molécules-soupirs

Les sables du passé sur le seuil du deuil

Réponse : l’inexorable !

Question : l’absence, quelle signification ?

L’enclos des murmures de la mémoire du futur

Le manteau de plumes et de plomb de la nostalgie

L’érosion inéluctable de tout sentiment, de tout désir

La faveur tremblotante des mirages

Les océans seuls…, par hasard dans l’éclatement

L’algorithme souple du balancement des algues au rythme lent des vagues

Les coulées lunaires de lumière fade

Le mouvement des ombres définitives

La fornication des mousses et des lichens aux écorces moisies

Le bain de minuit du soleil noir et d’une nuit blanche

L’être lecteur de l’illisible dans les plis de la lune en reflets d’océan

La liturgie léthargique des masques blancs poudrés du nô

 

La face cachée de l’ombre du chant de l’Univers

 

Commentaires

questionnement ou abime de réflexion, la Mort, mur ou miroir, dissolution ou réveil, fin ou commencement, passage où plus nombreux sont ceux qui l'ont déjà franchis, passage à combien de niveaux ? trépassage, mais sage quand même d'un savoir au-delà...

Écrit par : Cathy | 01/09/2013

des plis de lune aux reflets de l'autre
des points d'interrogation au-dessus des stelles
constellations dans l'eau noire de nos miroirs

Écrit par : ilg | 02/09/2013

Les commentaires sont fermés.