Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/03/2013

l'oeil & la plume : trou de mémoire

Image1.jpg
texte de isabelle le gouic                                                                                             ill.  ''série noire IV'' jlmi  2005

 

J'ai un blanc fait de noir, un tout blanc, un néant, un trou noir. J'ai un blanc fait de noir sans raison, sans savoir. J'ai un blanc tout béant, déraison dérisoire. J'ai un blanc fait de noir, aube claire faite de soir. Je vois blanc, je veux croire, je vois noir quand tout foire. J'ai un blanc fait de noir, trou de mémoire à mon histoire, sans raison, sans savoir, un trou blanc, un trou noir. Ca dépend du vent, ça dépend d'avant, ça dépend des soirs, tout ça reste à voir. J'ai un blanc fait de noir quand je bois mes déboires, pas de p'tit blanc qui aigrit, mais un p'tit noir pour y voir ma mémoire dans le marc. C'est troublant ce trou blanc, c'est troublant ce trou noir. J'ai un blanc fait de noir, sans raison, sans savoir. C'est glissant comme le blanc d'une patinoire, comme le savon blanc dans la baignoire. Sans raison, sans savoir, je suis un été blanc sous l'éteignoir. J'ai un blanc fait de noir. C'est accablant, c'est un cas blanc, c'est un cas noir. Sans faire semblant, j'ai le sang blanc, j'ai le sang noir quand papier blanc devient grimoire sous l'encre noire criblant le blanc.

 

... J'ai un blanc fait de noir, un tout blanc, un néant, un trou noir. J'ai un blanc tout béant, déraison dérisoire.


Commentaires

lisant et écoutant en même temps le post du dessus, ça me touche beaucuoup en ce dimanche matin d'un blanc néant bien taché de noir, ici connivence entre en résonnance, et l'encre de JL (j'aime BEAUCOUP BEAUCOUP, où sont les autres ?) me fait plonger droit dedans, de but en blanc, merci à vous deux

Écrit par : Cathy | 31/03/2013

"Déraison dérisoire ", pas tant que ça et puis les mots s'amusent entre eux, se poussent du coude et ils rient, c'est beau, ça me parle.

Écrit par : tom | 03/04/2013

Les commentaires sont fermés.