Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2017

l'oeil & la plume... la lumière est nacrée

060609 17 MacVal 94 sm.jpg

texte & photo jlmi                                                    Mac Val installation vidéo de Melik Ohanian  2006

 


La lumière est nacrée,

comme pailletée de fines particules.

Dans cette immense salle blanche, pas un bruit de voix. Juste les claquements rythmés de mains, nombreux, variés.

Au sol, dans un coin, une pile organisée d’écrans cathodiques. J’en compte huit. Des enceintes aussi, quatre.

Sur chaque écran une paire de mains. D’hommes, de  femmes. Des mains jeunes, vieilles, fines, calleuses, lisses ou aux veines saillantes. Un échantillon d’humanité. Ces mains se frappent, s’arrêtent, reprennent en un ballet hasardeux à ce qu’il semble. Mais non, à bien y écouter, les rythmes s’épousent, se complètent.

Face aux écrans, un long pouf transparent coiffé d’un coussin jaune. Un groupe d’adolescents est installé et regarde. Une femme debout paraît donner  quelques explications à voix voilée. Un peu à l’écart, deux filles ont fait sécession. Elles sont appuyées à un pilier et tournent presque le dos aux écrans. L’une ,y jette parfois un regard rapide. L’autre, la plus éloignée de l’œuvre, a posé la tête sur l’épaule de son amie et, le regard perdu, suce son pouce… mais peut-être est-elle captivée par cette mélopée brute, presque sauvage qui monte, descend, oscille, mélopée de ces mains qui se frappent, se caressent, s’ouvrent… et repartent en cadence.

 

C’est un après-midi comme un autre au Mac Val  

 

 

Écrire un commentaire