Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2012

l'oeil & la plume : écrire pourtant

 

banksy-02.jpg
texte de cathy garcia                                                                                               illustration ©Banksy*


 

Je n’arrive pas à écrire quand le sang, le chaos, les cris,

Les hurlements obstruent toute pensée

Je n’arrive pas à écrire quand la honte et l’impuissance

Paralysent toute pensée

Je n’arrive pas à écrire quand tant d’autres meurent pour rien, assassinés

Palestine ou ailleurs, assassinés par le pouvoir et la cupidité

Par l’arrogance et la bêtise

Je n’arrive pas à écrire quand je regarde jouer mon enfant  

Et que je l’imagine sous des décombres

En morceaux, la tête arrachée

Je n’arrive pas à écrire quand je sais que le mensonge

Le cynisme et l’indifférence règnent en maîtres

Je n’arrive pas à écrire car les mots me paraissent vides, creux

Incapables de panser des plaies, de rebâtir des maisons

De reconstruire des vies, d’effacer les cauchemars

Destruction totale de la dignité

Rien, RIEN, ne justifie un massacre

Mais humains nous le sommes tous

Et la douleur, l’injustice appellent vengeance

Et la vengeance appelle la douleur et l’injustice

Cercle vicieux donc nous ne sortirons

que par la reconnaissance du tort infligé à autrui

le combat contre l’ignorance

Je n’arrive pas à écrire parce que l’homme est la plus bestiale des bêtes

Et la plus lumineuse aussi quand il reçoit d’on ne sait où une étincelle de sagesse

Je n’arrive pas à écrire car les mots ne réparent pas la mort

Je n’arrive pas à écrire parce que les mots peuvent aussi devenir des bombes

Que je voudrais déverser sur bien des dirigeants de ce monde

J’ai honte
J’ai honte
J’ai honte

Le nom d’Homme me fait honte.

 

(extrait de Guerre et autre gâchis - inédit)     

 

 

 *En 2008, Banksy a fondé le projet «Santa’s Ghetto» en réalisant des peintures sur le mur de Bethléem afin de redonner espoir aux habitants palestiniens. Notamment cette colombe, symbole de paix.


Commentaires

La parole, le verbe, les mots,
comme d'ultimes remparts contre la violence.

Alors, malgré le chaos,
"écrire pourtant", RESISTER !

Écrit par : ilg | 15/12/2012

ce texte date de l'offensive d'Israël contre Gaza en 2009 pour un recueil en ligne initié pas un poète, mais c'est vrai que les mots semblent vains parfois... on se retrouve muet, manchot mais hélas pas aveugle, ni sourd... et puis ça revient, parce que de toutes façons, écrire oui c'est résister et c'est aussi se protéger... à défaut de pouvoir sauver les autres

Écrit par : Cathy | 15/12/2012

c'est le don de tes mots à nous faire frissonner, le reste c'est à nous de nous démerder avec notre conscience et nos actes.

Écrit par : tom | 16/12/2012

Merci Tom

Écrit par : Cathy | 19/12/2012

Les commentaires sont fermés.