Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2017

le ciseau & la plume... les ténèbres définitives

    bern03b.jpg
sculpture poétique de jlmi sur la courte nouvelle ‘’Trois jours’' de Thomas Bernhard                                 ill. jlmi  2012

 

 

 

… les premières impressions, le chemin déjà […]

Se faire comprendre est impossible, ça n’existe pas.

Et cela devient naturellement toujours pire et toujours plus fort,

et il n’y a aucun salut ni aucun retour en arrière.

Dans l’obscurité tout devient clair.

        Ce que je préfère c’est être seul

        C’est en fait un état idéal

Ma maison est aussi en réalité, une gigantesque prison.

Au fond je ne voudrais rien d’autre que d’être laissé en paix.

[…] De savoir que tout s’écroule autour de moi

ou que tout devient ou non plus ridicule que ça n’est…

ça n’a pour moi absolument aucun sens,

et ça ne me conduit pas plus loin non plus,

ça ne me conduit surtout pas à moi-même…

[…] Dans le contact des êtres humains

il est aussi très bon d’interrompre brutalement la relation.

[…] et prendre continuellement la mélancolie en comprimé…

[…] Tentative de mettre le doigt sur des objets

qui se dissolvent au moment même où

l’on croit les avoir touchés.

… et si possible, en fermant les yeux,

accélérer la venue des ténèbres

et ne rouvrir les yeux

que lorsqu’on a la certitude d’être

absolument dans les ténèbres,

les ténèbres définitives.

 

Commentaires

sensation de déjà vécu... c'est fort, ça parle

Écrit par : Cathy | 13/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire