Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2014

l’oreille d’un sourd : Léonard Cohen

 

 

29/01/2014

l'oeil & la plume : le trou

mulm le trou feu.jpg
texte de murièle modély                                                                                                               collage  jlmi  2014
 

cette histoire de trou commence à bien faire
tu dis
tout en bas du puits ça tombe, tu dis
ça ne fait que ça

ça chute et tu restes tendu tendue
avec ou sans e tu penses
cela ne change rien
les pensées tombent
tu n'atteins pas le fond

ça grandit grignoté e que tu es
par la colère, la peine, deux faces identiques
de la pièce dont tu attends longtemps
le ricochet au sol
le trou n'a pas de fond

/

voilà comment se répète
tu dis
la mécanique des chairs
cette puissante affaire
de mots
à dents
qui mordent, grignotent, tricotent
des boules, des nœuds
dans le pylore, l'œsophage
des phrases
la petite chimie des corps
sous les solvants

/

au delà de la vitre, bien sûr, tout continue
l'espace se remplit
le boulanger cuit son pain
une voiture démarre
un homme pénètre une femme
un oiseau crie

il y a la masse noire qui diffracte la vie
les camaïeux, l'orange, qui dévorent la nuit
au delà de la vitre, le jour commence
les bords irréguliers de la chair dentelée

 

 

28/01/2014

l'oeil & la plume : à faire vomir les volcans

galaxie main crânes contrast.jpg
texte ce cathy garcia                                                                                                                collage   jlmi  2014
 

 

Quand les galaxies frissonnent

Agitent leurs grands bras

Dans le creux de l’argile

L’empreinte de nos doigts

Quand les cloches font vibrer

Le fond lourd des vallées

Que les gens se jettent à terre

Que rougissent les rivières

 

Qui sont ces enfants nus qui courent au-devant

Des fleurs plein la bouche et des ailes

Des ailes de mouche ?

 

Quand le feu brûle au-dedans

Que les cieux se lacèrent

S’ouvrent s’immolent

Dans un opéra de sang

Quand les corbeaux marchent en ligne

Que l’aigle marche au pas

 

Qui sont ces vieillards qui portent dans leurs serres

Ces infinis chapelets de petits crânes blancs ?

 

Qui sont ces crapauds

Qui sont ces crapules

Que jamais un baiser

Ne pourra racheter ?

 

 extrait de Pandémonium  II