Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/11/2017

l'oeil & la plume... trou de mémoire

Image1.jpg
texte de isabelle le gouic                                                                                             ill.  ''série noire IV'' jlmi  2005

 

J'ai un blanc fait de noir, un tout blanc, un néant, un trou noir. J'ai un blanc fait de noir sans raison, sans savoir. J'ai un blanc tout béant, déraison dérisoire. J'ai un blanc fait de noir, aube claire faite de soir. Je vois blanc, je veux croire, je vois noir quand tout foire. J'ai un blanc fait de noir, trou de mémoire à mon histoire, sans raison, sans savoir, un trou blanc, un trou noir. Ca dépend du vent, ça dépend d'avant, ça dépend des soirs, tout ça reste à voir. J'ai un blanc fait de noir quand je bois mes déboires, pas de p'tit blanc qui aigrit, mais un p'tit noir pour y voir ma mémoire dans le marc. C'est troublant ce trou blanc, c'est troublant ce trou noir. J'ai un blanc fait de noir, sans raison, sans savoir. C'est glissant comme le blanc d'une patinoire, comme le savon blanc dans la baignoire. Sans raison, sans savoir, je suis un été blanc sous l'éteignoir. J'ai un blanc fait de noir. C'est accablant, c'est un cas blanc, c'est un cas noir. Sans faire semblant, j'ai le sang blanc, j'ai le sang noir quand papier blanc devient grimoire sous l'encre noire criblant le blanc.

 

... J'ai un blanc fait de noir, un tout blanc, un néant, un trou noir. J'ai un blanc tout béant, déraison dérisoire.

 

25/11/2017

l'oeil & la plume... le Maître

Hokusai - daruma grd.jpg

texte de werner lambersy                                              encre de Hokusai   '' Daruma''

 

1.

 

Il voulait voir le maître.

Aussitôt reçu, il  demanda : qu’est-ce que Dieu ?

D’un doigt sur le bouton électrique, le maître plongea la pièce dans l’obscurité.

Le jeune homme reprit : il faut donc y renoncer ? 

Le maître d’un geste identique ralluma ; ses yeux souriaient  avec bonté.

 

2.

 

Maître, qu’est-ce que la mort ?

Quoi ? Dit le maître.

Et le jeune homme répéta : qu’est-ce que la mort ?

Quoi ?

Maître, qu’est-ce que la mort ?

Quoi ?

Et le jeune homme se leva tandis que le maître prenait sa canne pour sortir.

 

3.

 

Maître, qu’est-ce que la pensée ?

D’une main vive le maître attrapa une mouche qui passait par là.

Maître, dit le jeune homme déçu : mais ce n’est qu’une mouche !

Le maître ouvrit la main pour qu’elle s’envole à l’air libre où tout peut arriver.

 

4.

 

Une jeune et jolie femme se plaça devant le maître

Maître, qu’est-ce que l’amour ?

Le maître ouvrit la bouche, comme pour répondre, puis il poussa un cri terrible et se

tint silencieux en riant doucement.

La jeune femme, trouvant sans doute la réponse satisfaisante, sourit à son tour et

se leva sans un mot.

 

versets 1 à 4 de ‘’on ne peut pas dépenser des centimes’’     inédit de werner lambersy

plus de versets ici  

plus sur Hokusai 

 

 

 

24/11/2017

l'oeil & la plume... histoire sans paroles

 «  Je te présente une peinture de Popofe Dumont, peintre habitant Bruxelles, nous avons un temps croisé, elle ses pinceaux, et moi mes mots. J’écrivais un poème et elle peignait ce qu’elle en voyait. »
                                                                                                                                      bruno toméra

popofe 02.jpg

 

le dialogue silencieux

 

Tes doigts joints

ces fêlures de faïence,

la paume de tes mains

ce minuscule bol,

semble retenir des paroles

comme on retient l’eau fraîche

au jeu des rites enfantins.

Ta peau de tendre pêche

en a gravé des sortilèges

dans le carnet de santé du quotidien.

Ta peau que parfois tu abandonnes

pour ne laisser aucune trace

de ton ubiquité et ta chair saigne

des griffures du passé,

rien vraiment ne s’efface.

Le temps est sans gêne

à se confondre à l’intemporalité.

Ce matin dans cet hôpital

où l’espace est enfermé,

par delà la fenêtre, ton regard

tendait le pouce sur cette route nationale

qui déroule ses normalités,

je me suis assis près de ton errance

copilote de ton attelage du silence.

Le psy avec le sourire pressé de celui qui s’en fout

m’a poussé vers la sortie

où plutôt vers l’entrée

du monde malveillant des méchancetés.

Chez nous, il manque la moitié de notre vie,

la maison est peinte de léthargie.

Le chat ne fait plus sa tête de vieux chien,

pour ton retour il fignole des miaulements,

le moineau que tu as soigné

et baptisé «  clown du vent « 

vient tous les jours aux miettes de pain

et te croyant oiseau migrateur,

te réclame en pépiements chineurs,

il n’est pas tout à fait lui même.

Mais qui l’est ?

 

plus sur Paulette Dumont